sur ma route | Bloguez.com

4/6/2007 -

discographie du voodoo child

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††† †††††††††††††† ††††††††

05.1967

12.1967

11.1968

06.1970

1987

1992

1994

1997

1997

1998

1999

1999

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††

pour les accros des paroles..

are you experienced

foxy lady

Foxy
Foxy
Uh-you know you a cute little heart breaker, ha
Foxy, yeah
And you know you a sweet little love maker, huh
Foxy
I wanna take you home, uh-huh, yeah
I won't do you no harm, no, ha
You got ta be all mine, all mine
Oo, Foxy Lady
Yeah, Foxy
Foxy

Now-uh, I see you, heh, on down on the scene
Ohh, Foxy
You make me wanna get up and a-scream
Foxy
Ah, baby listen now
I made up my mind, yeah
I'm tired of wasting all my precious time
You've gotta be all mine, all mine
Foxy Lady
Here I come
Foxy Lady
Foxy (Lady)
Foxy, Fa...
Foxy, yeah

I'm gonna take you home, uh-huh
I won't do you no harm, no
You gotta be all mine, all mine
Foxy Lady

Here I come, baby
I'm comin' to get ya
Ow, Foxy lady, yeah, yeah
Oo, you look so good, Foxy (Foxy)
Oh, yeah, Foxy (Foxy)
Yeah, give us some, foxy Oo, Foxy
Yeah, get it, babe, Foxy (Foxy)
You make me feel like, uh, feel like sayin' Foxy(Foxy)
Ah, Foxy (Foxy)
Foxy (Foxy)
Lady Foxy Lady

Manic depression


Manic depression is touchin' my soul
I know what I what but I just don't know
how to, heh, go about gettin' it
Feeling, sweet feeling,
drops from my fingers, fingers
Manic depression is a-catchin' my soul...yeah
Woman so weary, the sweet cause in vain
You make love, you break love
its-a all the same
when its, when its over, mama
Music, sweet music,
I wish I could caress, caress, caress
Manic depression is a fustrating mess

Ooo-ow
Dooo Dooo Dooo Dooo

Cry on, guitar

Well, I think I'll go turn myself off,
and-a, uh-huh, go on down
All the way down
Really ain't no use in me hanging around
in, uh-huh, your kind-a scene

Music, sweet music
I wish I could caress, and-a kiss, kiss
Manic depression is a fustratin' mess

Oh, ah
Dig
Ow

music, sweet music, sweet music, ah
music, (sweet) music, yeah
Dooo Oooo Oooo

Hmm-hmm-hmm, depresss... {kisses?}

red house


There's a red house over yonder, that's wnere my baby stays.
Lord, there's a red house over yonder, Lord, that's where my baby stays.
I ain't been home to see my baby in ninety-nine and one half days.
Wait a minute, something's wrong here, the key won't unlock this door.
Wait a minute, something's wrong, Lord, have mercy, this key won't unlock this door, something's goin' on here.
I have a bad bad feeling that my baby don't live here no more.

Well, I might as well a go back over yonder, way back up on the hill, that 's something to do.
Lord, I might as well go back over yonder, way back yonder cross the hill .
'Cos if my baby don't love me no more I know her sister will.

Can You See Me

Can You See Me yeah, blaming you on my knees?
Oh yeah. Can You See Me, baby?
Baby please don't leave, yeah.
If you can see me doing that,
you can see in the future of a thousand years.
Can you hear me yeah, crying all over town?
Alright. Can you hear me, baby
Crying 'cos you put me down?
If you can hear me doing that, you can hear a
freight train coming from a thousand miles. Oh yeah.

Oh, can you hear me singing this song to you?
(Oh you better listen to me, baby) oh.
Can you hear me, baby,
singing this song to you? Aha, oh yeah.
If you can hear me sing
you better come home like you s'posed to do.

Can you hear me? Yeah, hey hey.
I don't believe you can hear me, oh yeah.
Can You See Me, baby?
I don't believe you can. Yeah.

Love or confusion


Is that the stars in the sky, or is it
rain fallin' down
Will it burn me if I touch the sun-uh, yeah
so big, so round
Would I be truthful, yeah, in, uh
in chosin' you as the one for me?
Is this love, baby or is it, uh-huh,
just, uh, confusion?

O-Oh, my mind is so messed up-uh
Goin' 'round and 'round
Must there be all the colors-uh without names,
without sound, baby?
My heart burns with feeling, but, uh
Woe, but my mind, its cold and reeling
Is this love, baby or, uh-huh,
or is it confusion?

Oh, my head is poundin', poundin'
Goin' 'round and 'round and 'round and 'round
Must there always be these colors?, uh
without names, without sound
My heart burns with feelin'
Oh, but my mind is cold and reelin', uh
Is this love, baby
or is it-uh, huh, just, uh, confusion?
Oh, you tell me baby, is this , uh
love or confusion?

Mama, we must get together and, uh
find out
exactly what we're tryin' to do

Love or confusion?
Confusion

I don't live today


Will I live tomorrow?
Well, I just can't say
Will I live tomorrow?
Well, I just can't say
But I know for sure
I don't live today
No sun comin' through my windows
Feel like I'm livin' at the bottom of a grave
No-ho sun comin' through my windows
Feel like I'm livin' at the bottom of a grave
I wish you'd hurry up and execute me
so I can be on my miserable way

(Well), I don't live today
Maybe tomorrow, I just can't say, but, uh
I don't live today
Its such a shame to waste your time away like this

Existing

Well, uh-
I don't live today
Maybe tomorrow, I just can't tell you baby, but, uh
Oh, I don't live today
Its such a shame to spend the time
away like this existing

Yeah
Ow
Yeah
Oh, no
Yeah

Oh, there ain't no life no where

uh-ha,
Down, man

(Are) you experienced?
Get experienced
Get experienced
Uh, get experienced
Uh, get experienced
Are you experienced?
Are you experienced?)

May this be love

Waterfall, nothing can harm me at all,
my worries seem so very small,
with my waterfall.
I can see my rainbow calling me,
through the misty breeze
of my waterfall.
Some people say "day dreaming's for the lazy minded fools,
with nothing else to do".
So let them laugh, laugh at me.
So just as long as I have you,
to see me through, I have nothing to lose,
'long as I have you.
Waterfall don't ever change your ways.
Fall with me for a million days, oh my waterfall.

fire


Alright, now dig this, baby
You don't care for me
I don't a-care about that
Got a new fool, ha
I'd like to laugh at
I have only one burning desire,
let me stand next to your fire

Hey (Let me stand next to your fire)
Let me stand next to your fire (Let me stand next to your fire)
Whoa, let me stand, baby (Let me stand next to your fire)
Let me stand (Let me stand next to your fire)
Yeah, baby

Listen here, baby
and stop actin' so crazy

You say your mom ain't home,
it ain't my concern
Just a-play with me
and you won't get burned
I have only one itchin' desire,
let me stand next to your fire

Msssst, yeah (Let me stand next to your fire)
Let me stand, baby (Let me stand next to your fire)
Let me stand (Let me stand next to your fire)
Oh, let me stand (Let me stand next to your fire)

Ow!
Ahh, move over, over
and let Jimi take over
Yeah, you know what I'm talk(in') about
Yeah, get on with it, baby
Ow
Yeah

Thats what I'm talkin' about
Now dig this
Ha!
Now listen, baby

You try to give me your money,
you better save it, babe
Save it for your rainy day
I have only one burnin' desire,
let me stand next to your fire, ha

Ow (Let me stand next to your fire)
Uh, let me stand (Let me stand next to your fire)
Oh, let me stand, baby (Let me stand next to your fire)
I ain't gonna do you no harm (Let me stand next to your fire)

Ow
Yeah
You better move over, baby
I ain't gonna hurt ya, baby
Ah, I ain't talk(in') with your ol' lady
Ow
Ah, yes, this is Jimi talkin' to you
Yeah, baby
Doooo

Third stone from the sun


Star fleet to scout ship, please give your position. Over.
I'm in orbit around the third planet from the star called the sun. Over.
You mean its the Earth? Over.
Positive. It is known to have some form of intelligent species. Over.
I think we should take a look.
Strange beautiful grass of green,
with your majestic silver seas
Your mysterious mountains I wish to see closer
May I land my kinky machine?

Strange beautiful, grass of green
with your majestic silver seas
Your mysterious mountains I wish to see closer
May I land my kinky machine?

Although your world wonders me,
with your majestic and superior cackling hen
Your people I do not understand,
so to you I shall put an end
And you'll
never hear
surf music again

Secret
Oh, secret
Oh
Shhhh..

Remember

Oh, Remember the mocking bird, my baby bun.
He used to sing for his supper, baby.
Yes, he used to sing for his dinner, babe.
He used to sing so sweet,
but-a since my baby left me, he ain't sang in two long days.
Oh, Remember the bluebirds and the honeybees,
they used to sing for the sunshine.
Yes, they used to sing for the honey, baby.
They used to sing so sweet.
But-a since my baby left me, ain't sang in two long days.
Come on, baby.
Hey! pretty baby, come on back to me.
Make ev'rybody happy as can be. Yeah!

So baby, if you please come home again,
you know I'll kiss you for my supper, yeah (POP),
you know I'll kiss you for my dinner babe, now.
But-a if you don't come back,
you know I'll have to starve to death.
'Cos I ain't had a kiss all day now, all day.
Please Remember,
got to Remember, yeah,
got to Remember our love.
Come on back, come on back in my arms.
Make everything that better.
Come on baby, hurry up now.
Can you hear me call you back again now?
Come on baby, stop juving around.
Hurry home, hurry home.

are you experienced


If you can just get your mind together
uh-then come on across to me
We'll hold hands and then we'll
watch the sunrise
from the bottom of the sea
But first, are you experienced?
Uh-have you ever been experienced-uh?
Well, I have
(Well) I know, I know, you'll probably scream and cry
that your little world won't let you go
But who in your measly little world, (-uh)
are you tryin' to prove to that you're
made out of gold and-uh, can't be sold
So-uh, are you experienced? Have you ever been experienced? (-uh)
Well, I have
Uh, let me prove it to you,
yeah

Trumpets and violins I can-uh, hear in the distance
I think they're callin' our name
Maybe now you can't hear them,
but you will, ha-ha, if you just
take hold of my hand
Ohhh, but are you experienced?
Have you ever been experienced?

Not necessarily stoned, but beautiful ...

STONE FREE


EVERYDAY IN THE WEEK I'M IN A DIFFERNET CITY
IF I STAY TOO LONG PEOPLE TRY TO PULL ME DOWN
THEY TALK ABOUT ME LIKE A DOG
TALKIN' ABOUT THE CLOTHES I WEAR
BUT THEY DON'T REALISE THEY'RE THE ONES WHO'S SQUARE
YEAH!
AND THAT'S WHY
YOU CAN'T HOLD ME DOWN
I DON'T WANT TO BE TIDE DOWN I GOTTA MOVE
HEY

I SAID
STONE FREE DO WHAT I PLEASE
STONE FREE TO RIDE THE BREEZE
STONE FREE, BABY I CAN'T STAY
I GOT TO GOT TO GOT TO GET AWAY
YEAH


LISTEN HERE BABY
A WOMAN HERE A WOMAN THERE TRY TO KEEP ME IN A PLASTIC CAGE
BUT THEY DON'T REALISE IT'S SO EASY TO BREAK
YEAH BUTA SOMETIMES I GET A HA
FEEL MY HEART KIND A GETTIN' HOT
THAT'S WHEN I GOT TO MOVE BEFORE I GET CAUGHT

SO DIG THIS
AND THE IS WHY, LISTEN TO ME BABY, YOU CAN'T HOLD ME DOWN
I DON'T WANT TO BE TIED DOWN
I GOTTA MOVE ON

I SAID
STONE FREE DO WHAT I PLEASE
STONE FREE TO RIDE THE BREEZE
STONE FREE I CAN'T STAY
GOT TO GOT TO GOT TO GET AWAY
YEAH
TEAR ME LOOSE BABY

HEY
YEAH!
I SAID
STONE FREE TO RIDE ON THE BREEZE
STONE FREE DO WHAT I PLEASEE
STONE FREE I CAN'T STAY
STONE FREE I GOT TO I GOT TO GET AWAY
HEY
STONE FREE GO ON DOWN THE HIGHWAY
STONE FREE DON'T TRY TO HOLD ME BACK BABY
STONE FREE STONE FRE
STONE FREE GOT TO BABY
STONE FREE GOT GET ON

Purple Haze


Purple Haze are in my brain,
Lately things don't seem the same,
Actin' funny, but I don't know why,
'Scuse me while I kiss the sky.
Purple Haze all around,
Don't know if I'm coming up or down.
Am I happy or in misery?
Whatever it is, that girl put a spell on me!
Help me, help me...

Yeah, Purple Haze are in my eyes,
Don't know if it's day or night.
You've got me blowing, blowin' my mind,
Is it tomorrow or just the end of time?...

51st Anniversary


A fifty years they've been married,
And they can't wait for the fifty first to roll around
Yeah! Roll around.
A thirty years they've been married,
And now they're old and happy and they settled down,
Settled down, Yeah!
Twenty years they've been married,
And they did everything that could be done.
You know that happened.
And then, you came along and talk about...
So you, you say you wanna be married.
I'm gonna change your mind. Wow!
That was the good side, baby... here comes the bad side!

Ten years they've been married,
And thousand kids run around hungry,
'Cause their mother is a louse,
Daddy's down at the whisky house,
That ain't all.

For three years they've been married.
They don't get along so good.
They're tired of each other, you know how that goes...
Huh! Same old thing.

So now you're seventeen,
Running round, hanging out... having your fun.
Life for you has just begun, baby.
And then you come saying,
So you... you say wanna be married.
Oh baby, trying to put me on a chain.
Ain't that some shame.
You must be losing your... sshh-hm-... sweet little mind.
I ain't ready yet, baby, I ain't ready.
I'm gonna change your mind.
Look out!

Oh, I ain't ready, to get tied down.
I ain't ready, l ain't ready now.
Let me live a little while longer.
Let me live, let me live a little while longcr.
So if you finished talkin',
I better think in mind.

the wind cries Mary...


After all the jacks are in their boxes
and the clowns have all gone to bed
You can hear happiness staggering on down the street
footsteps dressed in red
And the wind whispers Mary
A broom is drearily sweeping
up the broken pieces of yesterdays life
Somewhere, a queen is weeping
Somewhere, a king has no wife
And the wind, it cries Mary

The traffic lights, they turn, uh, blue tomorrow
and shine their emptiness down on my bed
The tiny island sags down stream
'cause the life that lived is, is dead
And the wind screams Mary

Uh-will the wind ever remember
the names it has blow in the past ?
And with this crutch, its old age, and its wisdom
it whispers no, this will be the last
And the wind cries Mary...

Highway Chiles


Yeah! His guitar is strung across his back,
His dusty boots is here his cadillac.
l'm flamin' here, just blowin' in the wind,
Ain't seen a bed, I'm so long mis'decent.
He left home when he was 17,
The rest of the world he is gonna see it.
And ev'rybody know his boss,
A rolling stone,
To gather its own moss.
Have you probably,
Called him a tramp?
Hut it goes a little deeper than that,
He is a... Highway Chile. Yeah!
Now some people say, he had a girl back home,
Who messed around and did him pretty wrong.
They tell me it kinda hurt him bad,
Gotta made him feel pretty sad.
I couldn't say they were through the time
Anyway, he left the world behind.
Ev'rybody knows the same old story,
And number one; you can loose in glory!
Now you probably
called him a tramp? But-a
I know it goes a little deeper than that.
He is a... Highway Chile.

(One more run)
Yeah! One more! Yeah!
(One more time now)

He's 50...... from... his back,
His dusty boots is here his cadillac.
Flamin' here, just blowin' in the wind,
Ain't seen a bed, I'm so long mis'decent.
Now you may
Call hirn a tramp.
But I now it goes a little deeper than that.
He is a... Highway Chile.

(Walk on, brother,
Don't let no one stop you!)
Highway Chile
Yeah, yeah, yeah!
Highway Chile
Rolling Stone
Go on down the highway
Go!
Highway Chile
Yeah, yeah!
Highway Chiles, yeah, aah

††††††††††††††††††††††††††††††††††††


axis:bold as love


EXP

- "Good Evening, ladies and gentlemen. Welcome to Radio Station EXP.
Tonight, we are featuring an interview with a very peculiar looking gentleman,
who goes by the name of Mr. Paul Corusoe,
on the dodgy subject of are there or are there not flying saucers or,... ahem UFO's.
Please Mr. Corusoe, please could you give us your regarded opinion on this nonsense about spaceships and even space people."
- "Thank you, as you all know, you just can't believe everything you see and hear, can you?
Now, if you will excuse me, I must be on rny way."

- " Bu... but, but... gasp... I, I, don't believe it."
- "Pfffttt!!!... Pop!!!... Bang!!... Etc!!!?......."

Up from the Skies

I just want to talk to you, I won't do you no harm.
I just want to know about your different lives,
on this here people farm.
I heard some of you got your families,
living in cages tall and cold,
And some just stay there and dust away, past the age of old.
Is this true? Please let me talk to you.
I just want to know about the rooms behind your minds,
Do I see a vacuum there, or am I going blind?
Or is it just a remains from vibrations and echoes long ago,
Things like 'Love the World' and 'Let your fancy flow',
Is this true? Please let me talk to you.
Let me talk to you.
I have lived here before, the days of ice.
And of course this is why I'm so concerned,
And I come back to find,
the stars misplaced and the smell of a world that has burnt.
The smell of a world that has burnt.

Yeah, well maybe, maybe it's just a change of climate.
I can dig it, I can dig it baby. I just want to see.

So where do I purchase my ticket,
I just like to have a ringside seat.
I want to know about the new Mother Earth,
I want to hear and see everything (3)
Yeah. Aw, shucks, If my daddy could see me now

Spanish Castle Magic

It's very far away,
It takes about half a day,
to get you there, if we travel by my,
It takes about half a day,
To get you there, if you travel by my... dragonfly.
No, it's not in Spain.
But all the same, you know,
it's a groovy name.
and the wind is just right. Hey!

Hang on, my darling,
hang on if you want to go.
You know it's a really groovy place.
And it's just a little bit of Spanish Castle Magic.

The clouds are really low,
and they overflow with cotton candy,
and battle grounds, red and brown.

But it's all in your mind,
don't think your time on bad things.
Just float your little mind around.
Look out, hang on my darling, yeah
Hang on if you want to go.
It puts everything else on the shelf
With just a little bit of Spanish Castle Magic.
Yeah, baby, yeah yeah,
It's all in your mind, baby.

Hang on, my darling, hey.
Hang on, hang on if you want to go.
It puts everything else on the shelf
with just a little bit of Spanish Castle Magic.
Just a little bit of daydream here and there.
Hey! It's all in your mind. Yeah, alright, yeah, aw...

Wait until tomorrow


Well, I'm standing here freezing, inside your golden garden.
I got my ladder leaned up against your wall.
Tonight's the night we planned to run-away together,
Come on Dolly Mae, there's no time to stall.
But now you're telling me that ah...
I think we better wait till tomorrow (Yeah),
I think we better wait till tomorrow (Hey, what you're talking about?).
I think we better wait till tomorrow.
Got to make sure it's right,
so until tomorrow, goodnight (Oh, what a drag).

Oh Dolly Mae, how can you hang me up this way,
on the phone you said you wanted to run off with me today.
Now I'm standing here like some turned-down serenading fool,
hearing strange words stutter from the mixed-up mind of you.
And you keep telling me that ah...
I think we better wait till tomorrow (What you're talking about).
I think we better wait till tomorrow (What you're talking about).
I think we better wait till tomorrow (No, it can't be that long),
I think we better wait till tomorrow (Oh, no).

Got to make sure it's right,
so until tomorrow, goodnight (Ooh).
See if I can talk to this girl a little bit.

Oh, Dolly Mae, girl, you must be insane,
so unsure of yourself leaning from your unsure window pane.
Do I see a silhouette of somebody pointing something from a tree?
CLICK BANG, what a hang.
Your daddy just shot poor me.
And I hear you say, as I fade away,
We don't have to wait till tomorrow (Hey).
We don't have to wait till tomorrow (What you say).
We don't have to wait till tomorrow.
It must not have been right, so forever goodnight (Listen at you).
Do I have to wait, do I have to wait (Don't have to wait)
It's a drag on my part.
Don't have to wait till tomorrow (Don't have to wait, don't have to wait). "
I wan't be around tomorrow.
Don't have to wait till tomorrow...

Ain't no telling

Well, there ain't no,
ain't no
ain't no telling baby
when you will see me again.
But I pray, it will be tomorrow.
Well, the sunrise,
Sunrise
is burning my eyes baby.
Well, I must leave now, but I really hope
to see you tomorrow.
Yeah.
Well my house is, oh, such a sad mile away.
The feeling there always hangs up my day.
Oh, Cleopatra, she's driving me insane.
She's trying to put my body in her brain.
So just listen, a' kiss me goodbye, just to ease the pain.
Ain't no (2)
Ain't no telling baby, Ain't no telling babe.
Ain't no telling baby, when you're gonna see me,
but I really hope it will be tomorrow.
You know what I'm talking about,
Ain't no telling, Oh yeah (Would it be tomorrow, would
it be tomorrow?).
Ain't no telling (2x), baby, yeah.
You know what I'm talking about,
anyway, I must leave now

Little Wing


Well she's walkin' through the clouds
with a circus mind that's running wild.
Butterflies and zebras and moon beams
and, uh fairy tales (that's all she every thinks about)
riding with the wind.
When I'm sad, she comes to me
with a thousand smiles, she gives to me free.
It's alright, she says, it's alright,
take anything you want from me,
anything, anything.

Fly on little wing

If 6 was 9

Yeah, sing a song.
If the sun refuse to shine,
I don't mind, I don't mind. Yeah.
If the mountains fell in the sea,
let it be, it ain't me.
Alright, 'cos I got my own world to look through
and I ain't gonna copy o

Alright, 'cos I got my own world to look through
and I ain't gonna copy you.

Now if 6 turned out to be 9
I don't mind, I don't mind.
Alright, if all the hippies cut off all their hair,
I don't care, I don't care.
Dig, 'cos I got my own world to live through
and I ain't gonna copy you.

White collared conservative flashing down the street,
pointing their plastic finger at me,
they're hoping soon my kind will drop and die,
but I'm gonna wave my freak flag high, high, wow.
Wave on, wave on.

Fall mountains, just don't fall on me.
Go ahead on Mr. Businessman, you can't dress like me.

Get on dreamin',

strike's on further.
Nobody will know what I'm talkin' about.

I got my own life to live
I want us not to die, or just half of you to die.
So let me live my life
the way I want to (there you are).

Sing on Brother,
play on drummer.

You got me floatin'

Well you got me floatin' around and round,
always up, you never let me down.
The amazing thing, you turn me on naturally,
and I kiss you when I please.
You got me floatin' round and round,
you got me floatin' never down,
you got me floatin' naturally,
you got me floatin' float to please.

Now, you got me floatin' across and through,
you make me float right on up to you.
There's only one thing i need to really get me therŠ,
is to hear you laugh without a care.
Well I say now,
You got me floatin' round and round,
you got me floatin' never down,

you got me floatin' naturally,2x

you got me floatin' float to please
You got me floatin'.

Now your Daddy's cool and your Mamma's no fool,
they both know I'm heads over heels for you.
And when the day melts down into a sleepy red glow,
that's when my desires start to show.

You got me floatin',
you got me floatin'...

Castles made of sand


Down the street you can hear the scream "You're a disgrace",
as she slams the door in his drunken face
And now he stands outside, and all
the neighbors starts to gossip and drool.
He cries "Oh girl ! yuo must be mad,
what happened to the sweet love you and me had ?"
Against the door he leans and start a scene,
and the tears fall and burn the garden green.

And so castles made of sand
fall in the sea,
eventualy

A little indian brave, who before he was ten,
played war games in the woods, with his indian friends,
and he built a dream, that when he grew up,
he would be a fearless warrior indian chief.


Many moons past ans more the dream grew srtong
until tomorrow he would sing his first war song,
and fight hios first battle, but something went wrong,
surprise attack killed him in his sleep that night...

And so castles made of sand
melts into the sea,
eventualy

There was young girl whose heart was frown
'cause she was cripped for life and she couldn't speak a sound,
and she wished and prayed she could stop livin',
so she decided to die.

She drew her wheel-chair to the edge of the shore
and to her legs she smiled "You won't hurt me no more"
But then a sight she'd never seen made her jump and say
"Look, a Golden Winged ship is passing my way"

(and it really didn't have to stop
it just keep in going)
And so castles made of sand
slips into the sea
eventualy....

She's so fine


She Walks with a bell-clock round her neck,
So she hippies think she's in with time (time).
Her hair glistens like robins on a deck,
Branches attack me from her neck.
She's so fine
She's so very, very fine.

The sun from the clouds seeps into her eyes,
The rain from the trees soaks into her mind (mind).
Morning signs sound just like a lark,
All these signs are always the start.

She's so fine
She's so very, very fine.

When I veer, I get so near,
But so far, far, far away,
Listen to me today.

We united just beside a leaf,
The ground was hard underneath her (her).

She's so fine (fine).

One rainy wish


Gold and rose, the colour of the dream I had,
Not too long ago,
Misty Blue and lilac too,
Never to grow old.
There you were under a tree of song, sleeping so peacefully,
In your hand a flower played, waiting there for me.
I have never laid eyes on you,
Not before this timeless day.
But you woke and you smiled my name,
And you stole my heart away.
Stole my heart away, little girl. Yeah. Alright!

Gold and rose, the colour of the dream I had,
Not too long ago.
Misty blue and lilac too,
Never to grow old.

Gold and rose, the colour of the dream I had,
Misty blue and lilac too.
Gold and rose
Gold and rose
Gold and rose

It's only a dream, but I'd love to tell somebody about this dream,
the sky was filled with a thousand stars,
While the sun kissed the mountains blue.
And eleven moons played across the rainbows above me and you,
Gold and rose, the colour of the velvet walls that surround us

Little miss lover

Little Miss Lover, where have you been in this world for so long.
Well I love a lover that feels like you,
would you like to tag along.
Well I really don't need any help little girl,
But I think you could help me out anyway (ah, shucks).
Would you believe babe, I've been looking for a Sue,
That feels like you
For some time.
Excuse me while I see if the gypsy in me is right,
If you don't mind.

Well, he signals me O.K.,
So I think it's safe to say,
I'm gonna make a play. Oh Yeah...
Hey, hey, little Miss Lover
Now, now there's so much you and me can discover.
And I think we should start, start right now, baby.
Hey little Miss Lover...

Bold as love


Anger
he smiles towering in shiny metallic purple armor,
Queen jealousy, envy waits behind him
her fiey green grown sneers at the grassy ground.
Blue are the life giving waters taking for granted
they quietly understand
Once happy turquoise armies lay opposite ready,
but wonder why the fight is on.
But they're all bold as love,
Yeah, they're all bold as love,
they're all bold as love, uh
just ask the Axis.

My red is so confident he flashes trophies of war
and ribbons of euphoria
Orange is young, full of dearing, but
very unsteady for the first ground.
My yellow in this case is not so mellow,
in fact, I'm trying to say it's frightened like me,
and all of these emotions of mine keep holding me from, uh,
giving my life to a rainbow like you
but, I'm a,

Yeah! I'm bold as love, yeah, yeah.
Well, I'm bold, bold as love,
hear me talkin, girl,
I'm bold as love, uh
just ask the Axis
(he knows everything)
Yeah, yeah !

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††


electric ladyland

And the gods made love


††
instrumental ...

†29 juin 1968.

Quand Jimi arrive au studio Record Plant, il dit: "Aujourd'hui, on va enregistrer quelque chose de complètement différent de ce qu'on a put faire jusqu'à présent.". A l'origine la chanson s'appelle "At last the beginning". " C'est comme lorsque les dieux ont créés l'amour.", puis le titre devient donc "And the gods made love".

A la presse, il dit: "Vous allez plutot être désapointés et surpris par le premier titre de notre album, car ça commence par 90 secondes de musiques venant du paradis. Je sais que c'est le genre de truc que les gens vont s'empresser de critiquer, donc, c'est pour ça qu'on l'a mis au début."

Jimi joue la guitare, la basse et du timpani.
Si on inverse la bande et qu'on augmente la vitesse, on peut entendre Jimi dire "OK, one more time".

Les vocaux et la batterie sont en défilement ralenti.

Have you ever been (to Electric Ladayland)


Have you ever been, have you ever been to Electric Ladyland?
The magic carpet waits, for you
so don't you be late
Oh, I wanna show you
the different emotions
I wanna ride you,
the sounds and emotions
Electric Woman waits for you and me.
So it's time we take a ride, we can cast all your
hang-ups over the side
while we fly right over the love filled sea.
Look up ahead, I see the love land.
Soon you'll understand, yeah-yeah.

Make love, make love, make love, make love.

I wanna show you
The angels will spread their wings, spread their wings
I wanna show you
Good and evil lay side by side while electric love penetrates the sky
I wanna show you
Lord, no, no, and I want to show you, show you
I wanna show you
Ooh-ooh-ohh
I wanna show you
Show you
I wanna show you
Yeah-yeah-yea

Crosstown traffic


You jump in front of my car when you know all the time
Ninety miles an hour, girl, is the speed I drive.
You tell me it's alright, you don't mind a little pain,
You say you just want me to take you for a ride.
(You're just like) Crosstown Traffic
(So hard to get through to you) Crosstown Traffic
(I don't need to run over you) Crosstown Traffic
(All you do is slow me down)
And I'm tryin' to get on the other side of town.
I'm not the only soul who's accused of hit and run
Tire-tracks all across your back, Aha, I can see you had your fun!
But-a darling can't you see my signals turn from green to red
And with you I can see a traffic jam straight up ahead
(You're just like) Crosstown Traffic
(So hard to get through to you) Crosstown Traffic
(I don't need to run over you) Crosstown Traffic
(All you do is slow me down)
And I got better things on the other side of town.
Yeah yeah, (Crosstown Traffic)
Look out, look out baby, (Crosstown Traffic) ...

Voodoo Chile

Well I'm a Voodoo Chile,
Lord I'm a Voodoo Chile. Yeah.
Well the night I was born,
Lord I swear the moon turned a fire-red.
The night I was born, I swear the moon turned a fire-red.
Well my poor mother cried out "Lord, the gypsy was right!"
and I see her fell down right dead (have mercy).

Well mountain lions found me there waitin'
and set me on an eagle's back.
Well mountain lions found me there
and set me on an eagle's wing (eagle's wing baby).
He took me past the outskirts of infinity;
and when he brought me back,
he gave me Venus witch's ring. Hey!
And he said "Fly on, fly on!"
because l'm a Voodoo Chile baby, Voodoo Chile. Hey!

Yeah,
Well I make love to you
and Lord knows, you feel no pain. Yeah.
Say I make love to you in your sleep
and Lord knows, you felt no pain (have mercy)
'cause l'm a million miles away
and at the same time, I'm right here
in your picture frame (Yeah, hear what I say now!)
'Cause I'm a Voodoo Chile,
Lord knows I'm a Voodoo Chile, yeah...

Yeah.
Well my arrows are made of desires
from far away as Jupiter sulphur mines.
Say my arrows are made of desires
desires from far away as Jupiter sulphur mines
(way down by the methane sea).
I have a humming bird that hums so loud
you think you were losing your mind...

Well I float in liquid gardens
and Arizona's new red sands. Yeah.
I float in liquid gardens
way down in Arizona's red sands (have mercy).
Well I, taste the honey from a flower name Blue
way down in California
and New York drowns as we held hands. Hey.
'C:ause I'm a Voodoo Chile,
Lord knows I'm a Voodoo Chile, yeah...

Little Miss Strange

No one knows where she comes from;
maybe she's a devil in disguise,
I can tell by looking in her eyes:
Little Miss Strange,
Little Miss Strange.
Little Miss Strange came into my parlor, I don't know
just what to ask her,
I don't remember what we did after...
Little Miss Strange,
Little Miss Strange.
Little Miss Strange came out of the darkness,
walked across my head
and stood beneath the lights.
I'm talkin' about the dream,
I had the other night.
Little Miss Strange,
Little Miss Strange.

Long hot summer night

It sure was a long, long, long hot summer night
As far as my eyes could see, (yeah, yeah, yeah)
But my heart was way down in a cold, cold winter storm.
Oh my darling, where can you be, where can you be, baby, where
can you be?
There were three sugar walls and two candy cane windows
But Sylvia's mood melted all those in sight
Ev'rybody's on fire but I'm snowing in a cold blizzard.
Where are you on this-uh hot cold summer?
Where are you on this-uh hot cold summer?
Where are you on this-uh hot cold summer night'. (night, night)
Around about this time the telephone blew its horn across the room
Scared little Annie clean out her mind.
(Roman the candle, he peeps out of his peek-a-boo, hide and seek)
And grab little Annie from the ceiling just in time.
And the telephone keeps on screamin' (yeh, yeh, yeh)
Yeh, yeh, yeh, yeh,
"Hello", said my shaky voice
"Well how you doing?" (I start to stutter, uh, uh)
"Can't you tell I'm doing fine?"
[t was my baby talking and she's way down 'cross the border.
She says "I'm goin' to hurry to you, I've been a fool and I'm tired
of cryin' " (tired of cryin')

Yeah. It was a long, long hot summer night
As far as my eyes could see
But I can feel the heat comin' on as my baby's gettin' closer.
I'm so glad that my baby's comin' to rescue me.
So glad that my baby's comin' to rescue me (2x)
So glad that my baby's comin' to rescue me (rescue, rescue...)

Come on


People talking but they just don't know
What's in my heart and why I love you so
I love you, baby, like a miner love gold
Come on, sugar, let the good time roll! Hey!
So many people live and make believe
That keep a lot of dough up their sleeve
But my love, baby, isn't that kind of fold
Come on, baby, let the good times roll! Hey, hey baby let the good
tirnes roll...

A love is nice if it's understood
It's even nicer when you're feeling good.
You got me flipping like a flag on a pole
Come on, sugar, let the good time roll! Hey, well let the goo¬Ö times roll..

Gypsy eyes

Well, I realize that I've been hypnotized
l love you, Gypsy Eyes... I love you, Gypsy Eyes (alright)
Way up in my tree I'm sitting by my fire
Wond'rin' where in this world might you be.
And knowing all the time you still are roamin' the countrysidc
Do you still think about me?
(Oh, my Gypsy)

Well, I walk right on up to your rebel roadside
The one that rambles on for a million miles
Yes I walk down this road
Searching for your love and fine soul, too

And when I find you, I ain't gonna let go.

I remember the first time I saw you
The tears in your eyes look like they was tryin' to say
"Oh, little boy, you know I could love you
But first, I must make my getaway,
Two strange men fighting to the death over me today...
I'll try to meet you by the old highway" Hey!

Well, I realize that I've been hypnotized,
I love you, Gypsy Eyes (4x) Alright!

I've been searching so long,
My feet, they painfully leave the battle,
Down against the road my weary knees take their place.
Off to the side I fall
But I hear a sweet call
My Gypsy Eyes has found me and I've been saved, yeah!
Lord, I've been saved
That's why I love you
Say I love you, l love you,
Lord I love you.


†Cette chanson parle de sa m√®re, Lucille.

Burning of the midnight lamp

The morning is dead and the day is too.
There's nothing left here to greet me, but the velvet moon.
All my loneliness I have felt today.
It's a little more than enough to make a man throw himself away,
And I continue to burn the Midnight Lamp, alone.
Now the smiling portrait of you
Is still hanging on my frowning wall,
It really doesn't
It really doesn't bother me too much at all.
It's just the ever falling dust that makes it so hard for me to see
That forgotten earring laying on the floor
Facing coldly towards the door.
And I continue to burn the Midnight Lamp all alone.
(Burn, yeah, yeah, lonely, lonely, lonely... Loneliness is such a drag!)

So here I sit and face that same old fireplace
Keep running through the same old thoughts
Going through my mind and soon enough time will tell
About the purpose in the wishing well
And someone will write a spell for me
Someone will tell my spell
And I continue to burn the same old lamp, alone. Yeah, loneliness.
Can you hear me calling you?
So lonely (gotta prove my mind),
Yeah yeah, lonely, lonely


A cette époque, Franck Zappa est le seul à utiliser la wah-wah... c'est d'ailleurs après l'avoir vu que Jimi adopte ce nouvel effet. Burning of the midnight lamp est un des premier titres à utiliser la wah-wah.

Rainy day, dream away

Hey man, take a look out the window; and
see what's happening,
hey man it's raining!
It's raining outside man,
oh don't worry about that,
oh that's gonna be everything,
we'II gettin' it the same all night (you know),
so just lay back and groovy on a rainy day,
oh yeah, yeah I see what you mean, but
lay back and groove.
Rainy Day, Dream Away,
let the sun take a holiday.
Flowers bathe and see the children play
lay back and groove on a rainy day.
Well, I can see a bunch of wet preachers;
Look at 'em on the run!
The carnival traffic noise,
it sinks to a splashy hum,
even the ducks can groovy,
rain battering in the parkside pool.
And l'm leaning on my window sill
digging ev'rything! (and-uh you too!).

Rainy day, rain all day,

Tags :

Commentaires (0) :: Post A Comment! :: Permanent Link

9/6/2007 -

paroles hendrix suite videos

1983... (A merman i should turn to be)


Hooray, I awake from yesterday,
Alive but the war is here to stay
So my love, Catherina and me
Decide to take our last walk through the noise to the sea.
Not to die but to be re-born
Away from lands so battered and torn
Forever (forever).
Oh say, can you see it's really such a mess
Ev'ry inch of earth is a fighting nest,
Giant pencil and lipstick tube shaped things
Continue to rain and cause screaming pain
And the arctic stains from silver blue to bloody red
As our feet find the sands and the sea
Is straight ahead (straight up ahead).

Well, it's too bad that our friends can't be with us today
(Well, it's too bad)
"The machine that we built,
would never save us" that's what they say
(That s why they ve not come up with us iodny)
They also said "It's impossible
For a man to live and breathe under water forever",
That was their main complaint
(And they also threw this in my fac:e, they said:)
"Anyway, you know good and well it would be beyond the will of
God and the grace of the King." (Grace of the King)

So my darling and I make love in the sand
To salute the last moment ever on dry land
Our machine, it has done its work, played its part well
Without a scratch on our bodies and we bid it farewell.
Starfish and giant forms greet us with a smile
Before our heads go under we take a last look at the killing noise
Of the out of style, the out of style... out of style.

Moon turns the tides ... gently gently away

So down and down and down and down and down and down we go
Hurry my darling, we mustn't be late for the show
Neptune champion games to an aqua world is so very dear
"Right this way!" smiles a mermaid I can hear Atlantis full of cheer.
Atlantis full of cheer, I can hear Atlantis full of cheer.

Still raining, still dreaming

†Rainy day, rain all day
Ain't no use in gettin' uptight
Just let it groove its own way
Let it drain your worries away yeah
Lay back and groove on a rainy day hey
Lay back and dream on a rainy day
Lay back and groove on a rainy day
Lay back
Oh yeah !
Lay back and groove on a rainy day (x 5)
Lay back and, lay back, lay back, lay back and groove.

Ooh
Aaaah !

Lay back and groove on a rainy day (x 6)

Still rainin' still dreamin'...


House burning down

Hey! Hey! Hey! Hey!
Look at the sky turn a hell-fire red,
Somebody's house is burning down
Look at the sky turn a hell-fire red,
Somebody's house is burning down, down, down, down, (down,
down, down).

Well, I asked my friend, "Where is that black smoke coming from?"
He just coughed and changed the subject and said,
"Uh, it might snow some"

So I left him sipping his tea, and l jumped in my chariot and rode
To see just why and who could it be this time.
Sisters and brothers, daddies, mothers standing 'roundi crying
When I reached the scene, the flames were making a ghostly whine
So I stood on my horse's back
And I screamed without a crack, I say, "Oh, baby, why did you burn
you,
your brother's house downY"
Hey! hey! hey! hey!
Look at the sky turn a hell-fire red, Lord
Somebody's house is burning down, down, down, down,
Look at the sky turn a hell-fire red, Lord
Somebody's house is burning down, down, down, down (down).

Well someone stepped from the crowd,
he was nineteen miles high.
He shouts "We're tired and disgusted;
so we paint red trough the sky".
I say "The truth is straight ahead,
So don't burn yourself instead,
try to learn instead of burn, hear what I say!".
So I finally rode away,
but l'll never forget that day,
'cause when I reached the valley
I looked way down 'cross the way,
A giant boat from space landed with eerie grace
and came and taken all the dead away.
Hey! Hey! Hey! Hey! (What I say!)
Look at the sky turn a hell-fire red, Lord
somebody's house is burning down, down, down, down,
look at the sky turn a hell-fire red, Lord
somebody's house is burning down, down, down, down,
look at the sky...

All along the watchtower

"There must be some way out of here," said the joker to the thief,
"There's too much confusion, I can't get no relief.
Businessmen they drink my wine, plowman dig my earth,
None of them along the line know what any of it is worth."
"No need to get excited," the thief, he kindly spoke,
"There are many here among us who think that life is but a joke.
But you and I, we've been through that, and that is not our fate,
So let us not talk falsely now, the hour is getting late."

All along the watchtower, princes kept the view
While all the women came and went, barefoot servants, too.
Outside in the distance a wildcat did growl,
Two riders were approaching, the wind began to howl.

Voodoo Child (slight return)


Well, I stand up next to a mountain
and I chop it down with the edge of my hand.
Well, I stand up next to a mountain,
chop it down with the edge of my hand.
Well, I pick up all the pieces and make an island,
might even raise just a little sand.
'Cause I'm a voodoo chile,
Lord knows I'm a voodoo chile, baby.
I didn't mean to take up all your sweet time,
I'll give it right back to you one of these days.
I said I didn't mean to take up all your sweet time,
I'll give it right back one of these days.
And if I don't meet you no more in this world
then I'll, I'll meet you in the next one and don't be late, don't be late.
'Cause I'm a voodoo chile, voodoo chile,
Lord knows I'm a voodoo chile, hey hey hey.
I'm a voodoo chile, baby.

††††††††††††††††††††††††††††††††††

band of gypsys

†Who knows


THEY DON'T KNOW
THEY DON'T KNOW
LIKE I KNOW
LIKE I KNOW
DO YOU KNOW
THEY DON'T KNOW
I DON'T KNOW
I DON'T KNOW
WHAT MY BABY
WHAT MY BABY
PUT ON DOWN
PUT ON DOWN
WHAT MY BABY
WHAT MY BABY
I JUST CAME BACK FROM
I DON'T KNOW
I CAN'T COUNT IT
I CAN'T COUNT IT
I JUST CAN'T FIND THIS TOWN
THEY DON'T KNOW
I'M LOOKIN' FOR MY SELLER
I DON'T KNOW MY BABY
HAVE YOU SEEN HER
HAVE YOU FREED HER YEAH
HAVE YOU SEEN HER
OOOH HHHOOO
TALKIN' ABOUT MY BABY
GOIN' DOWN
TALKIN' ABOUT MY BABY
I JUST CAME IN
I JUST CAME IN BABY
I JUST CAME IN
I JUST CAME IN
SPREAD THE MAGIC BABY
ALL IN MY BED
SHE GOT CHAINS, ATTACHED TO MY HEAD
TALKIN' ABOUT
TALKIN' ABOUT
TALKIN' ABOUT MY BABY
I DON'T KNOW ABOUT IT

THEY DON'T KNOW WHAT I KNOW
THEY DON'T KNOW LIKE I KNOW
ALL THE TIME I'VE BEEN HANGIN' AROUND
ALL THE TIME I HANG AROUND
SHE DIDN'T KNOW
A SHE DIDN'T CARE
SHE DIDN'T KNOW
SHE DIDN'T CARE
AND SHE GO WALKIN' DOWN THE STREET SINGIN'
EVERYBODY DIE
DA DA DADA DA DOO DOO
ETC. (scat singing)

THEY DON'T KNOW
NOBODY KNOWS
THEY DON'T KNOW
JUST DON'T KNOW
DA DA DA
ETC. (scat singing)

†Machine Gun



MACHINE GUN
TEARING MY BODY ALL APART
MACHINE GUN
TEARING MY BODY ALL APART

EVIL MAN MAKE ME KILL YA
EVIL MAN MAKE YOU KILL ME
EVIL MAN MAKE ME KILL YOU
EVEN THOUGH WE'RE ONLY FAMILIES APART

WELL I PICK UP MY AXE AND FIGHT LIK A BOMBER
(YOU KNOW WHAT I MEAN)
HEY AND YOUR BULLETS KEEP KNOCKING ME DOWN

HEY I PICK UP MY AXE AND FIGHT LIKE A BOMBER NOW
YEAH BUT YOU STILL BLAST ME DOWN TO THE GROUND

THE SAME WAY YOU SHOOT ME DOWN BABY
YOU'LL BE GOING JUST THE SAME
THREE TIMES THE PAIN
AND YOUR OWN SELF TO BLAME
HEY MACHINE GUN

OOOOOOOOOO

I AIN'T AFRAID OF YOUR MESS NO MORE, BABE
I AIN'T AFRAID NO MORE
AFTER A WHILE YOUR YOUR CHEAP TALK DON'T EVERN CAUSE ME PAIN
SO LET YOUR BULLETS FLY LIKE RAIN

'CAUSE I KNOW ALL THE TIME YOU'RE WRONG BABY
AND YOU'LL BE GOIN' JUST THE SAME
YEAH MACHINE GUN
TEARING MY FAMILY APART
YEAH YEAH ALRIGHT
TEARING MY FAMILY APART

DON'T YOU SHOOT HIM DOWN
HE'S ABOUT TO LEAVE HERE
DON'T YOU SHOOT HIM DOWN
HE'S GOT TO STAY HERE
HE AIN'T GOING NOWHERE
HE'S BEEN SHOT DOWN TO THE GROUND
OH WHERE HE CAN'T SURVIVE NO NO

YEAH THAT'S WHAT WE DON'T WANNA HEAR ANY MORE, ALRIGHT
NO BULLETS
AT LEAST HERE, HUH HUH
NO GUNS, NO BOMBS
HUH HUH
NO NOTHIN', JUST LET'S ALL LIVE AND LIVE
YOU KNOW INSTEAD OF KILLIN'

changes


Well my mind is goin’ through them changes
I feel just like I’m in the time
Every time you see me goin’ some where
I feel like I’m going out of my mind, yeah
Oh, my baby she left me the other day
And we were have so much fun yeah, yeah
Oh, my baby she stepped out on me
And that’s the reason why she had to part

It’s alright yeah yeah
It’s alright
What I say
It’s alright
Ooo hooo

Well my mind is goin’ through them changes
I think I’m goin’ out of my mind
Every time you see me goin’ some where
I think I could commit a crime know
She had me runnin’
She had me cryin’
She had me runnin’
She had me had me had me cryin’
She had me runnin’
She had me cryin’
She had me runnin’
Had me cryin’

It’s alright yeah yeah
It’s alright

Clap your hands
Go clap your hands

Can you clap a little louder
It’s alright
It’s alright
Everything goin’ to be alright
It’s alright
It’s alright
It’s alright
It’s alright
It’s alright
Yeah
Yeah
Everybody yeah
Yeah
Yeah
Yeah
Yeah
Yeah!
Yeah!
Yeah!
Yeah!
Yeah!
Yeah!!!
Yeah!!!
Yeah!!!

Oh no
I want my love
I want my love
I want my love
It’s alright
Whaa
It’s alright he he
It’s alright

Power of love


SHOOT DOWN SOME OF THOSE AIRPLANES YOUR FLYIN'
ESPECIALLY THE ONES THAT ARE FLYIN' TO LOW
SHOOT DOWN SOME OF THOSE AIRPLANES
ESPECIALLY THE ONES THAT YOUR FLYIN' TO LOW
COME ON BACK TO EARTH MY FRIEND
COME ON BACK UP WITH ME
WE'VE ALL BEEN UP THROUGH THE NIGHT TIME BABY
NOW LET'S READ THE RAYS OF THE

WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE
WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE

FLYIN' TOO MUCH TODAY
IT'S SO GROOVY TO FLOAT AROUND SOMETIMES
EVEN A JELLY FISH WILL TELL YOU THAT
I SAID FLOATAION IS GROOVY
AND HE SAID
AND A JELLY FISH WILL AGREE TO THAT

YEAH, BUT THAT OLD JELLY FISH
BEEN FLOATIN' AROUND SO LONG
LORD HE AIN'T GOT A BONE IN HIS JELLY BACK
FLOATIN' EVERY DAY AND EVERY NIGHT
RIDNIN' HIGH IS A RISK
SOMETIMES THE WIND AIN'T RIGHT

WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE
WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE
WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE
WITH THE POWER OF SOUL
ANYTHING IS POSSIBLE
WITH THE POWER OF YOU
ANYTHING YOU WANNA DO
ETC.

Message to love

BACKGROUND VOCAL: YEAH, OOO
WELL I TRAVEL AT THE SPEED OF A REBORN MAN
I GOT A LOT OF LOVE TO GIVE
FROM THE MIRRORS OF MY HAND
I SENT A MESSAGE OF LOVE
DON'T YOU RUN AWAY
LOOK AT YOUR HEART BABY
COME ON ALONG WITH ME TODAY

WELL I AM WHAT I AM THANK GOD
SOME PEOPLE JUST DON'T UNDERSTAND
WELL HELP THEM GOD
FIND YOURSELEF FIRST
AND THEN YOUR TOOL
FIND YOURSELF FIRST
DON'T YOU BE NO FOOL

HERE COMES A WOMAN
WRAPPED UP IN CHAN
MESSIN' WITH THAT FOOL BABY
YOUR LIFE IS PAIN
IF YOU WANNA BE FREE
COME ON ALONG WITH ME
DON'T MESS WITH THE MAN
HE'LL NEVER UNDERSTAND
I SAID FIND YOURSELF FIRST
AND THEN YOUR TALENT
WORK HARD IN YOUR MIND
SO YOU CAN COME ALIVE
YOU BETER PROVE TO THE MAN
YOU'RE AS STRONG AS HIM
CAUSE IN THE EYES OF GOD
YOU'RE BOTH CHILDREN TO HIM

DA DA DOO DOO
(SCAT SINGING)

EVERYBODY COME ALIVE
EVERYBODY LIVE ALIVE
EVERYBODY LOVE ALIVE
EVERYBODY HEAR MY MESSAGE
HEY, OOOOO
HEY, OOOOO
HEY, OOOOO
HEY, OOOOO


------
ONE, TWO, ONE, TWO, THREE
WELL I TRAVEL AT THE SPEED UNKNOWN TO MAN
SO I BRANG YOU A MESSAGE FROM THE MIRRORS OF MY HAND
I SAID A MESSAGE OF LOVE DON'T YOU HID AWAY
FACE THE MIRRORS OF YOUR MIND
FACE THE TRUTH TODAY

WELL I AM WHAT I AM THANK GOD
LORD SOME PEOPLE JUST DON'T UNDERSTAND
HELP THEM GOD
I SAID FIND YOURSELF FIRST
AND THEN YOUR TOOL
FIND YOURSELF FIRST
JUST DON'T BE NO FOOL

I SEE A WOMAN COMIN'
I SEE YA LAYIN' ON YOUR BACK
FOR THE BIRTH OF PLEASURE
I SEE YOU ON THE RIGHT TRACK
FREE IS FREE
YOU AIN'T SUPPOSED TO BE
NOW DON'T RELY ON NO MAN
TRY TO ARGUE INSTEAD
I SAID FIND YOURSELF FIRST
AND THEN YOUR TALENT
WORK HARD IN YOUR MIND
GO COME ALIVE
AND PROOVE TO THE MAN
YOUR AS STRONG AS HIM
IN THE EYES OF GOD

EVERYBODY COME ALIVE
EVERYBODY COME ALIVE
EVERYBODY COME ALIVE
EVERYBODY LOVE A LOT
EVERYBODY LOVE A LOT
EVERYBODY LOVE A LOT
EVERYBODY LOVE A LOT

We gotta live together


THE OLD HOUSE DOG
IS WAGGIN' HIS TALE
NOBODY LOVES HIM
HE'S DIRTY AS HELL
THEY PUT HIM IN HOME SWEET HELL
EVERYONE NOW
HOME SWEET HOME
HOME SWEET HOME
HOME SWEET HOME
GOT TO BE LOVE BESIDE YA
HOME SWEET HOME
THAT'S ALL YOU GOTTA HAVE LOVE BESIDE YA
HOME SWEET HOME
YEAH
HOME SWEET HOME
HOME SWEET HOME
HOME SWEET HOME
IT'S ALRIGHT
HOME SWEET HOME
YEAH YEAH
HOME SWEET HOME
HOME
HOME
HOME
HOME
ETC.
YEAH
IT'S ALL
IT'S ALL
YEAH
YEAH
YEAH
ETC.
WE GOT TO LIVE TOGETHER
YEAH
WE GOT TO LIVE TOGETHER
YEAH
WE GOT TO LIVE TOGETHER
YEAH
WE GOT TO LIVE TOGETHER
ETC.

†††††††††††††††††††††††††††††††
††

je me suis arreter aux 4 principaux albums.Si certainsd entre vous desirent connaitre les autres chansons ,laissez moi un message .

j essaierais de faire le necessaire

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† peace


ah ! j oubliais....

†††††††††††††††††††††††††††††


Tags :

Commentaires (0) :: Post A Comment! :: Permanent Link

16/6/2007 -

suite du voyage

apres l etat du washington ,direction l etat de floride. melbourne

†††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† jim morrison

†pseudonyme de James Douglas Morrison (8 d√©cembre 1943, Melbourne, Floride - 3 juillet 1971, Paris) est un po√®te et chanteur de rock am√©ricain, membre principal du groupe "The Doors" de 1965 √† 1971. Sex-symbol provocant au comportement volontairement excessif, v√©ritable idole de la musique rock, mais aussi intellectuel engag√© dans le mouvement de la protest song, en particulier contre la guerre du Vi√™t Nam, il s'affirme chamane et porte une r√©putation de "po√®te maudit" que sa mort pr√©matur√©e, √† Paris, dans des circonstances mal √©lucid√©es, transforme en l√©gende. Son style sc√©nique tr√®s personnel influen√ßa le mouvement punk, mais aussi des rockers comme Iggy Pop ou Ozzy Osbourne, qui se r√©clameront express√©ment de lui. L'adulation que lui vouent ses fans √©clipse cependant une ¬úuvre po√©tique d'une tr√®s grande richesse, que Jim Morrison lui-m√™me a toujours consid√©r√© comme sa principale activit√©.

†††††††††††††††††††††††††††

Jim Morrison est l'a√ģn√© des trois enfants issus du mariage entre Steve Morrison, officier de l'US Navy, et Clara Clarke. Il na√ģt deux ans (presque jour pour jour) apr√®s l'attaque japonaise contre la base am√©ricaine de Pearl Harbor. La guerre du Pacifique fait rage entre troupes am√©ricaines et japonaises. Aussi, quelques mois apr√®s la naissance de Jim, au printemps 1944, Steve Morrison doit-il partir en mission dans le Pacifique. Clara Morrison emm√©nage avec leur fils chez les parents Morrison, √† Clearwater (Floride). Steve Morrison ne rentrera qu'√† l'√©t√© 1946. La famille d√©m√©nage √† Washington DC. Promu √† la fin de l'ann√©e, Steve Morrison est ensuite d√©tach√© √† Albuquerque (Nouveau-Mexique), ce qui occasionne un nouveau d√©m√©nagement. Au printemps 1947 na√ģt Anne Robin, la s¬úur de Jim.

††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††† †mariage de georges.s.morisson et clara clarke (morrison)


Jim Morrison a trois ans et demi. Lors d'un trajet en voiture de Santa Fe à Albuquerque, il vit un événement qu'il décrira plus tard comme l'un des plus importants de sa vie. Il confie, sur le disque posthume An American Prayer :

"[We] were driving through the desert, at dawn, and a truck load of Indian workers had either hit another car, or just - I don't know what happened - but there were Indians scattered all over the highway, bleeding to death. [¬Ö] That was the fisrt time I tasted fear. [¬Ö] The reaction I get now thinking about it, looking back - is that the souls or the ghosts of those dead Indians¬Ö maybe one or two of 'em¬Ö were just running around freaking out, and just leaped into my soul. And they're still in there."

("Nous roulions √† travers le d√©sert, √† l'aurore, et un camion plein d'ouvriers indiens avait soit percut√© une autre voiture soit seulement - enfin, je ne sais pas ce qui s'√©tait pass√© - mais il y avait des Indiens qui gisaient sur toute l'autoroute, agonisant, perdant du sang. [¬Ö] Ce fut la premi√®re fois que je go√Ľtai la peur. [¬Ö] Ma r√©action aujourd'hui en y repensant, en les revoyant - c'est que les √Ęmes ou les esprits de ces Indiens moribonds¬Ö peut-√™tre un ou deux d'entre eux¬Ö √©taient en train de s'enfuir, terroris√©s, et ils ont tout simplement saut√© dans mon √Ęme. Et ils sont toujours l√†.")

†††††††††††††††††††††††† ††††

††††

†††††††††††††††††††††† ††††† ††††††††††††††

†††


En f√©vrier 1948, le p√®re de Jim repart en mission, ce qui am√®ne la famille √† d√©m√©nager √† Los Altos (Californie). L'ann√©e suivante na√ģt le troisi√®me enfant de la famille, un gar√ßon baptis√© Andrew (Andy) Lee. Jim, qui a six ans, entre √† l'√©cole.

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††††††† jim,††anne,† andrew (andy)

En 1951, Steve Morrison est nomm√© en poste √† Washington DC, o√Ļ la famille emm√©nage pour la seconde fois. Elle n'y reste cependant que quelque mois, car Steve Morrrison est envoy√© en mission en Cor√©e en 1952, la famille Morrison s'installant alors √† Claremont (Californie).

En 1955, Steve Morrison est nomm√© √† nouveau √† Albuquerque o√Ļ les Morrison reviennent. Ces multiples d√©placements et les missions fr√©quentes assign√©es √† Steve Morrison, r√©duisant sa pr√©sence aupr√®s de sa famille, ont certainement jou√© un r√īle dans la personnalit√© complexe de Jim Morrison, qui d√©couvre son huiti√®me domicile alors qu'il n'a que onze ans. En particulier, il se lie peu avec ses camarades de classe et pr√©sente un comportement de plus en plus instable, turbulent, voire asocial. Lecteur vorace, il se d√©sint√©resse de la vie familiale et s'√©vade dans les romans

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †

††††††

. Il martyrise volontiers son petit frère - il va jusqu'à lui jeter des pierres, à le réveiller en pleine nuit sans motif, à lui jouer toutes sortes de tours dangereux. Il invente également des mensonges de plus en plus élaborés, ce qui lui permet de raffiner son talent de conteur et de "tester" les réactions de ses interlocuteurs. Il aime aussi à agir de manière totalement inattendue, contrevenant aux codes sociaux les plus élémentaires pour déstabiliser son entourage : ainsi, lors d'un repas de famille solennel, intima-t-il à sa mère, d'un ton très poli, de "faire moins de bruits répugnants en mangeant". Les parents de Jim sont d'autant plus déconcertés que leur fils réussit remarquablement en classe et maintient des moyennes excellentes dans toutes les matières.

†††††††††††††††††††††††††††† ††††††††††† †

††††††
En 1958, Jim lit le "grand classique" de la littérature beat (voir beat generation), le roman de Jack Kerouac On The Road ("Sur la route"). Très impressionné par le personnage de Dean Moriarty, sorte de voyou terrifiant et magnifique, Jim s'y identifie et commence à imiter son ricanement caractéristique.

†††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††† jack kerouac

Jusqu'en 1962, Jim effectue ses ann√©es de "High School" (√©quivalent am√©ricain du lyc√©e). Excellent √©l√®ve, il y conserve une moyenne admirable de 88,32/100. Tr√®s au-dessus de la moyenne nationale, son quotient intellectuel est √©valu√©† a 149.

Son appétit de lecture ne se dément pas, marquant un net intérêt pour la littérature et la poésie (il lit James Joyce, William Blake et Arthur Rimbaud, ainsi que les "beat poets" Allen Ginsberg, Lawrence Ferlinghetti et surtout Michael McClure, avec qui il se liera d'amitié en 1968), mais également pour l'histoire antique (il se passionne pour les Vies parallèles de Plutarque) et pour la philosophie, surtout pour les écrits de Friedrich Nietzsche qui le marquent considérablement.

†††††††††††††††††††††††††† †††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †michael mc clure††††††††††††††† allan ginsberg

†Ces r√©sultats, ces centres d'int√©r√™ts, mais aussi le statut de son p√®re, valent √† Jim d'√™tre approch√© par plusieurs "fraternities" importantes, mais il refusera toujours de s'y joindre, exprimant m√™me son d√©dain. Il reste distant dans tous ses rapports sociaux, participe rarement aux f√™tes, n'appartient √† aucun club, mais cette froideur n'entame en rien sa popularit√© : beau gar√ßon, volontiers charmeur, capable de tenir un auditoire en haleine avec des histoires invraisemblables mais narr√©es avec une tr√®s grande force de conviction, il constitue, selon les t√©moignages de ses camarades d'√©cole, un v√©ritable p√īle d'attraction au sein du lyc√©e.†††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †††††††††††††††††

†††††††††††
†Un √©tudiant atypique†


Sit√īt sorti du lyc√©e, Morrison s'installe chez ses grands-parents √† Clearwater pour suivre des cours au Saint Petersburg Junior College. En particulier, il s'inscrit dans deux cursus qui le marqueront profond√©ment : d'une part, un cours sur la "philosophie de la contestation", qui lui permet d'√©tudier attentivement Montaigne, Jean-Jacques Rousseau, David Hume, Jean-Paul Sartre et, surtout, Friedrich Nietzsche ; d'autre part, un cours sur la "psychologie des foules" inspir√© de l'ouvrage de Gustave Le Bon La Psychologie des foules.

††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† go to gallery

†††

†††††††††††††††††††† montaigne†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †nietzsche

Morrison se montre, dans ce cours, litt√©ralement hors normes (ses "tests" sur son entourage lui ont manifestement beaucoup appris). Le Professeur James Geschwender reste stup√©fait devant les connaissances de ce jeune prodige, qui ma√ģtrise parfaitement non seulement l'ouvrage de Gustave Le Bon, mais aussi Sigmund Freud et Carl Gustav Jung.

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††† †††††††††††††††††††††† freud


†Les autres √©tudiants, compl√®tement d√©pass√©s, assistent, stup√©faits, √† des dialogues entre le professeur et Morrison, lesquels tentent d'incorporer l'apport de la psychanalyse √† la r√©flexion de Le Bon. Dans son m√©moire final, Morrison, s'appuyant sur l'id√©e jungienne d'un inconscient collectif, √©voque l'id√©e de n√©vroses touchant de nombreuses personnes dans un groupe (des "n√©vroses sociales", si l'on ose dire) et il sp√©cule sur la possibilit√© de traiter ces n√©vroses par des th√©rapies de groupe.†

James Geschwender d√©clarera plus tard que ce m√©moire "aurait pu devenir une th√®se solide". Pendant l'√©t√© 1963, Jim s'inscrit √† un cours sur l'histoire m√©di√©vale europ√©enne. Il √©crit un m√©moire s'effor√ßant de montrer que le peintre J√©r√īme Bosch avait fait partie des Adamites. Les preuves pr√©sent√©es par Morrison ne paraissent pas suffisamment convaincantes au professeur, mais celui-ci n'en reste pas moins √©berlu√© par la culture g√©n√©rale de son √©l√®ve.†††††

A ce moment, pourtant, Morrison désire depuis plusieurs mois changer d'université pour s'inscrire à la UCLA (université de Californie de Los Angeles), à la toute nouvelle faculté de cinéma. La famille Morrison rejette cette nouvelle orientation mais, malgré l'opposition de ses parents, Jim maintient sa décision.

†††††††††††††††††††††††††

Il faut pr√©ciser que, en 1964, et en particulier √† UCLA, il est extr√™mement facile de se procurer du LSD. D'une part, cette drogue n'est r√©glement√©e que depuis 1962 aux √Čtats-Unis, et d'autre part, de nombreux programmes de recherche universitaires portent sur les propri√©t√©s du LSD ou d'autres substances psychoactives : il suffit donc aux √©tudiants aventureux de s'inscrire comme "volontaires" et ils peuvent obtenir des doses non seulement quotidiennes, mais gratuites.

††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †† aldous huxley

De plus, Morrison se trouvait doublement incité à "expérimenter" les drogues. Du point de vue poétique, cela le rattachait à des poètes comme henry Michaux,Edgar Poe ou Baudelaire, bien que ce dernier affirme que les drogues ne lui servent pas à la poésie.A Aldous Huxley (qui narre ses expériences des hallucinogènes dans son livre The Doors Of Perception, paru en 1954), en passant par Arthur Rimbaud et Thomas de Quincey ainsi que par les poètes de la beat generation, vivement admirés par Morrison. Du point de vue mystique, la consommation de psychotropes le rapprochait du chamanisme, lequel pratique la transe souvent provoquée par des hallucinogènes naturels comme la mescaline, le peyotl ou encore l'ayahuasca.

††††††††††††††† † rimbaud††††

†††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††dequincey

A l'√©t√© 1964, Jim Morrison emm√®ne son fr√®re Andy pour un bref voyage jusqu'√† la ville d'Ensenada, au Mexique. Andy est sid√©r√© par l'assurance de Jim, qui roule √† toute vitesse dans les rues de la ville, conna√ģt bien les bars et discute en espagnol argotique avec les tenanciers et les prostitu√©es.

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††††

Pendant l'automne 1964, poursuivant son cursus de cin√©ma, il prend des notes sur les techniques cin√©matographiques, sur l'histoire du cin√©ma et sur les r√©flexions philosophiques que ce m√©dia lui inspire. Ces notes, remani√©es, ordonn√©es et compil√©es sous forme de brefs aphorismes, deviendront le premier "recueil" publi√© par Morrison (The Lords. Notes On The Vision, publi√© √† compte d'auteur en 1969). Morrison consacre le premier semestre 1965 √† tourner et √† monter le film qu'il lui faut r√©aliser pour obtenir son dipl√īme. Son travail se solde malheureusement par une d√©ception : il n'obtient son dipl√īme, en juin, qu'avec un m√©diocre "D". Pourtant, ce r√©sultat peu conforme √† son niveau intellectuel ne l'affecte gu√®re : depuis le printemps, Morrison √©value les divers moyens dont il pourrait user pour toucher le public. Peut-√™tre poursuit-il sa r√©flexion sur la psychologie des foules et sur la possibilit√© d'organiser de gigantesques s√©ances de th√©rapie collective. Le cin√©ma lui apparaissait sans doute comme le moyen id√©al mais au d√©but de l'√©t√© 1965, une autre id√©e se fait jour dans son esprit:

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†† la fondation d'un groupe de rock.

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†Jim : un souvenir imp√©rissable dans le neighbourhood de Venice Beach, o√Ļ Ray avait sa maison donnant sur l'oc√©anAu cours du mois de juillet 1965, Jim, alors sans emploi, vit sur le toit d'un entrep√īt, non loin de Venice Beach, √† Los Angeles. Il raconte, dans un des po√®mes du recueil Far Arden : "I left school & went down/to the beach to live./I slept on a roof./At night the moon became/a woman's face./I met the Spirit of Music." ("Je quittai l'√©cole & descendis/√† la plage pour vivre./Je dormis sur un toit./La nuit la lune devint/un visage de femme./Je rencontrai l'Esprit de la Musique.") √Čvoquer une rencontre avec "l'Esprit de la Musique" revient pratiquement √† se r√©clamer de Dionysos, dieu de l'exc√®s, de la d√©mesure et de l'ivresse. Le batteur de The Doors, John Densmore, confiera dans la biographie qu'il consacrera √† Jim Morrison, avoir plusieurs fois eu l'impression de jouer avec Dionysos en personne.

††††††††††

†††††Le complexe d'Appartement Morrison, o√Ļ Jim a v√©cu (sur le toit) et a √©crit beaucoup de chansons pour le premier album :

Morrison commence √† √©crire des chansons, dont plusieurs figureront sur les trois premiers albums de The Doors. Un jour qu'il se prom√®ne sur la plage de Venice Beach, il croise Ray Manzarek, lui aussi fra√ģchement dipl√īm√© en cin√©ma. Les deux anciens √©l√®ves de UCLA discutent, en viennent √† parler musique. Ray Manzarek joue de l'orgue dans un groupe de rock. Curieux, il demande √† Morrison de lui chanter une de ses compositions. Morrison aurait alors chant√© Moonlight Drive, un titre qui figurera sur Strange Days, le deuxi√®me disque de The Doors.

†Imm√©diatement s√©duit par l'intensit√© lyrique des paroles de Jim, Ray Manzarek se serait exclam√© : "Hey, man, let's form a rock band and make a million dollars !" ("Eh, mec, formons un groupe de rock et gagnons un million de dollars !").

Jim propose alors imm√©diatement le nom de "The Doors", en le justifiant de cette fa√ßon : "Il y a le connu. Il y a l'inconnu. Et entre les deux, il y a la porte, et c'est √ßa que je veux √™tre". Il fait ainsi r√©f√©rence au livre de Aldous Huxley, The Doors Of Perception, titre lui-m√™me tir√© d'une citation de William Blake : "If the doors of perception were cleansed everything/would appear to man as it is - infinite." ("Si les portes de la perception √©taient nettoy√©es toute chose/appara√ģtrait √† l'homme telle qu'elle est - infinie.", tir√© de The Marriage Of Heaven And Hell).

††††††† †††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††


†Manzarek fr√©quente le groupe de m√©ditation transcendantale anim√© par le gourou Maharishi. Il y rencontre le batteur John Densmore qui quitte le groupe des Psychedelic Rangers pour rejoindre The Doors. Densmore est bient√īt imit√© par le guitariste des Rangers, Robbie Krieger. The Doors d√©sormais au complet enregistrent une premi√®re d√©mo. √Ä la fin de l'√©t√©, Jim Morrison rencontre Pamela Courson, qui restera sa compagne jusqu'√† la fin de sa vie, malgr√© une relation tumultueuse alternant querelles violentes et retrouvailles passionn√©es. En septembre, apr√®s une r√©union de famille particuli√®rement rat√©e, Jim Morrison rompt toute relation avec ses parents. Il ne les reverra jamais.

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

Au d√©but de l'ann√©e 1966, The Doors gagnent un maigre salaire en animant un bar de Los Angeles, The London Fog, mais ils y acqui√®rent un grand professionnalisme qui jouera ensuite un r√īle d√©terminant dans leur succ√®s. Le groupe apprend en effet √† se confronter √† des publics parfois difficiles ou peu enthousiastes. Jim, d'abord tr√®s timide dans son r√īle de "frontman", tourne le dos √† la salle et chante √† voix basse, presque inaudible, mais progressivement, il gagne en assurance, commence √† se d√©hancher de mani√®re suggestive, apprend √† jouer avec le public, √† obtenir des r√©ponses, √† plaisanter au bon moment, puis ose des cris, des sauts, des chutes, dans un style caract√©ristique rappelant les danses am√©rindiennes ou la transe chamanique. Les m√©lodies du groupe, d'apparence √©trange parce qu'elles m√™lent des influences tr√®s diverses (musique classique avec la formation de Ray Manzarek, jazz apport√© par John Densmore, sans oublier le flamenco et la musique indienne qu'affectionne Robbie Krieger), servent beaucoup ces prestations sc√©niques exceptionnelles et l'atmosph√®re √† la fois tribale et religieuse des concerts.

Le London Fog† √©tait une bo√ģte de nuit des ann√©es 1960 du Sunset Strip, √† West Hollywood (Californie).
L'endroit doit sa réputation au groupe The Doors, qui y a donné pendant quatre mois ses premières représentations régulières, début 1966, avant de dévenir un habitué du club voisin, le Whisky A Go-Go.

Le London Fog n'existe plus aujourd'hui. Il a été d'abord remplacé par un bar chic, le Sneaky Pete's, puis par le Duke's Coffee Shop, l'actuel occupant des lieux.

††††††††

†††† ††††††††††††††††††††††††††

"Done tongue-in-cheek […]. I don't think people realize that. It's not to be taken seriously." ("Tout cela est ironique […]. Je ne pense pas que les gens s'en rendent compte. Il ne faut pas nous prendre au sérieux."). Mise en parallèle avec la minutie qu'il accordait à ses recueils de poèmes et l'extrême émotion qu'il ressentit lorsque The Lords and The New Creatures parut chez Simon & Schuster, cette déclaration exige de relativiser nettement l'importance de The Doors dans la vie de Morrison et de mettre l'accent sur son œuvre de poète.


Lire Morrison exige donc une adh√©sion beaucoup plus intime, une exp√©rience de lecture beaucoup plus intense, que celle, par exemple, que l'on peut conna√ģtre en lisant un roman. Le lecteur superficiel qui chercherait seulement √† parcourir une bonne histoire ne comprendra jamais la po√©sie de Morrison. Plus pr√©cis√©ment, Morrison tente beaucoup moins de narrer une s√©rie d'√©v√©nements que de rendre une atmosph√®re, une ambiance, et d'y plonger le lecteur. Il s'agit en particulier de lui transmettre l'impression d'√©tranget√© et de malaise que lui inspire le monde contemporain. Dans une interview, il explique : "J'ai toujours eu cette sensation de quelqu'un¬Ö qui ne serait pas exactement chez lui¬Ö qui serait conscient de beaucoup de choses mais qui ne serait vraiment s√Ľr de rien."

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††
†††††††††

En particulier, aborder Morrison dans un esprit "baba-cool" selon lequel la beaut√© d'un po√®me viendrait de sa "spontan√©it√©" ou de sa "sinc√©rit√©" condamne √† l'incompr√©hension. Morrison n'√©crit qu'exceptionnellement sous le coup de "l'inspiration" - et il traite toujours ces textes "spontan√©s" comme une premi√®re √©bauche destin√©s √† √©valuation critique, modification, am√©lioration, mise en perspective dans le cadre de la po√©tique et de la civilisation occidentale toute enti√®re. Tous les po√®mes de Morrison rel√®vent d'un dispositif minutieux : non seulement chaque mot, mais chaque lettre, chaque son, chaque signe de ponctuation, chaque retour √† la ligne, trouve une place soigneusement calcul√©e par rapport √† tous les autres. Cette place n'est d'ailleurs retenue que "en attente de mieux" (ainsi le remarquable Celebration Of The Lizard connut-il une gen√®se d'au moins trois ans, les premi√®res esquisses datant de 1965 et le texte d√©finitif n'√©tant publi√© qu'en 1968 √† l'int√©rieur de la pochette de l'album Waiting For The Sun) - d'o√Ļ le tr√®s faible nombre de textes publi√©s du vivant de l'auteur, qui n'√©tait vraisemblablement jamais satisfait de ses propres productions.

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†Les reptiles, le lac primordial, le cerveau reptilien
Morrison peuple son univers po√©tique de reptiles. Dans une interview, il d√©clare : "je crois que le serpent est l'image primordiale de la peur" ; mais ce jugement doit √™tre nuanc√©, car l'association jud√©o-chr√©tienne entre le serpent et le mal m√©conna√ģt le symbolisme phallique du serpent (et des reptiles en g√©n√©ral), lequel, dans de nombreuses cultures, devient un signe de f√©condit√©, de puissance ou de sagesse. Morrison joue volontiers sur cette ambigu√Įt√©. Dans The End, il recommande de "chevaucher le serpent" ; dans Celebration Of The Lizard, il se d√©finit : "I am the Lizard King/I can do anything" ("Je suis le Roi-L√©zard/Je peux faire n'importe quoi"). √Ä cette premi√®re ambigu√Įt√© symbolique, Morrison adjoint de nouvelles significations qui en complexifient encore le sens

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†. Dans The End comme dans Celebration Of The Lizard, les reptiles sont en effet associ√©s au retour vers des lieux archa√Įques : le lac primordial dans The End, le "cerveau reptilien" (zone du cortex qui r√®gle les r√©flexes) dans Celebration. Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit de retourner au moment de l'apparition de la vie terrestre, au moment o√Ļ des proto-reptiles, ont quitt√© le milieu aquatique pour lui pr√©f√©rer la terre ferme, c'est-√†-dire au moment o√Ļ les couches sup√©rieures de la conscience n'√©taient pas encore d√©velopp√©es - o√Ļ l'individu n'√©tait pas encore conditionn√© par une culture √©crasante et ali√©nante. Un tel "voyage" para√ģt n√©cessaire si l'on veut pouvoir exploiter tout le potentiel de l'humain - et non seulement ce que la civilisation occidentale consid√®re comme le potentiel de l'humain. Morrison, dans sa Self-Interview qui ouvre le recueil Wilderness, d√©clare : "If my poetry aims to achieve anything, it's to deliver people from the limited ways in which they see and feel" ("Si ma po√©sie se propose un seul but, c'est de lib√©rer les gens de la mani√®re limit√©e dont ils voient et sentent.")

††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††††††

†Dans une telle perspective, le bain de minuit dans l'oc√©an (c'est-√†-dire quitter la terre ferme pour le milieu aquatique) ainsi qu'il peut √™tre exprim√© dans la chanson Moonlight Drive, par exemple, constitue une compl√®te lib√©ration de l'american way of life et de la civilisation occidentale dans son ensemble, avec toute la charge subversive qu'une telle "lib√©ration" implique. Par ailleurs, revenir aux r√©flexes purs, remonter dans le cerveau reptilien, s'assimile de toute √©vidence √† une tentative de verser dans la d√©mence, de quitter la sant√© mentale. Plusieurs chansons destin√©es √† The Doors appellent √† la folie et le nom du groupe a souvent √©t√© interpr√©t√© comme une invitation √† d√©passer les apparences banales, √† ""passer de l'autre c√īt√©", quitte √† devenir fou.

"The eye arises from light, for light. Indifferent organs and surfaces evolve into their unique form. The fish is shaped by water, the bird by air, the worm by earth. The eye is a creature of fire." ("L'œil émerge de la lumière, pour la lumière. Des organes et des tissus indifférenciés évoluent vers leur forme caractéristique. Le poisson est formé par l'eau, l'oiseau par l'air, le ver par la terre. L'œil est une créature de feu.")

††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†Morrison remarque √† plusieurs reprises que la cam√©ra nous rend, potentiellement, capables de tout voir et de tout savoir - autrement dit qu'elle transforme, de mani√®re assez obsc√®ne, chaque spectateur en voyeur, et que cette transformation s'accompagne d'un fallacieux sentiment de puissance. Dieu, l'¬úil qui nous surveille tous, est progressivement remplac√© par l'individu √©go√Įste et mateur, par le "moi" √©gocentrique. Cette profonde transformation se refl√®te √©galement dans la langue anglaise elle-m√™me qui autorise un glissement phonique assez remarquable entre ""high", "eye" et "I". Si l'on veut, donc, changer les valeurs de la civilisation occidentale, il faudra, √† en croire Morrison, remplacer la religion ancienne par une nouvelle religion qui ne s'appuirait plus sur le symbolisme de l'¬úil ni sur l'adoration de la lumi√®re. Tel est le programme propos√© par la chanson The WASP (Texas Radio & the Big Beat)

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†Plus forts, plus agressifs† les adolescents m√©ritent, quant √† eux, le qualificatif de "lions", en particulier lorsqu'ils sont r√©unis en public de concert de rock - ce que justifient toutes sortes d'expressions idiomatiques comme "the crowd roars" ("la foule rugit") ou bien encore l'id√©e, pour un chanteur qui arrive sur sc√®ne, qu'il entre dans "the lions' den" (la "fosse aux lions"). Ce type de d√©cryptage permet de comprendre certains vers particuli√®rement obscurs des chansons de Morrison. Ainsi, lorsque l'on sait que la "Hyacinth house" d√©signe la maison de Robbie Krieger, fleurie de jacinthes, o√Ļ The Doors r√©p√©taient parfois, on comprend mieux les vers de la chanson : "What are they doing in the Hyacinth house/to please the lions" ("Que sont-ils en train de faire dans la maison aux jacinthes/pour plaire aux lions ?"). Le terme de "lion" renvoie aussi √† la deuxi√®me des trois m√©tamorphoses de l'√Ęme que Nietzsche d√©crit dans le premier discours d'Ainsi parlait Zarathoustra, o√Ļ le lion repr√©sente l'√Ęme qui cherche √† se lib√©rer de la morale et du devoir, pour devenir un individu ayant ses propres valeurs (opposition entre le "Tu dois" et le "Je veux").

†††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†La Parade Molle
The Soft Parade désigne à la fois le quatrième album de The Doors, la dernière chanson de cet album et un concept récurrent dans l'univers poétique de Morrison. La "Parade Molle" désigne, à première vue, un cortège assez grotesque et clinquant, sorte de cohorte de Dionysos moderne. Ainsi la chanson énumère-t-elle une série d'objets et de personnages dont certains semblent tout droit tirés de l'Amérique des sixties, mais dont d'autres paraissent plus mystérieux :

†"Peppermint miniskirts chocolate candy/Champion, sax and a girl named Sandy/[¬Ö] Streets and shoes, avenues/leather riders selling news/The monk bought lunch" (Menthe poivr√©e minijupes chocolat bonbon/un Champion, un saxo et une fille nomm√©e Sandy/[¬Ö] Rues et chaussures, avenues/cavaliers en cuir vendant les nouvelles/Le moine acheta le d√©jeuner").

Ce d√©fil√© est ensuite nomm√© explicitement : "Gentle streets where people play/Welcome to the Soft Parade" ("Gentilles rues o√Ļ les gens jouent/Bienvenue dans la Parade Molle") et la "parade", qu'on confondrait presque avec un sit-in ou une manifestation pro-Flower Power se r√©v√®le id√©ologiquement proche du mouvement hippie : "All the lives we sweat and save/Building for a shallow grave/Must be something else, we say/[¬Ö] The Soft Parade has now begun/Listen to the engines' hum/People out to have some fun" ("Toutes ces vies que nous suons et √©conomisons/Pour construire notre tombe/[¬Ö] Il doit y avoir quelque chose d'autre, selon nous/[¬Ö] La Parade Molle a commenc√©/Ecoutez le murmure des moteurs/Les gens sortent pour s'amuser")

††††††††††† ††††††††††††† †

†Un message que la prudence invite √† dissimuler
Les tr√®s nombreuses attaques verbales de Morrison contre la force polici√®re, son engagement pacifiste, son affection pour la mystique et la culture am√©rindienne, son rejet cat√©gorique de la morale puritaine et des valeurs "wasp" caract√©ristiques de son milieu familial, son appel syst√©matique √† la lib√©ration radicale, sans parler de ses comportements turbulents ou d√©stabilisants, incitent fortement √† rattacher Morrison au mouvement anarchiste et plus pr√©cis√©ment √† une tendance qui pr√©f√®re, √† l'action directe, la sensibilisation des masses par la production d'¬úuvres "culturelles". Il nous para√ģt tr√®s significatif, dans cette perspective, que Morrison ait choisi le rock plut√īt que le cin√©ma pour toucher le public.

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

Cependant, il nous semble tout aussi indispensable de nuancer le propos d'une mani√®re importante. Fortement inspir√© par Nietzsche et l'opposition, expos√©e dans la G√©n√©alogie de la morale, entre "morale des ma√ģtres" et "morale des esclaves", Morrison rejette cat√©goriquement l'√©galitarisme qui occupe le c¬úur de la vulgate anarchiste. Pour Morrison, les diff√©rences physiques, intellectuelles et morales entre les individus rel√®vent de l'√©vidence, et il faudrait une bonne dose de mauvaise foi, √† ses yeux, pour pr√©tendre que ces diff√©rences n'emportent pas hi√©rarchisation. Morrison se d√©crit lui-m√™me, de sang froid, comme "a natural leader" ("un meneur-n√©", dans le po√®me autobiographique As I Look Back). Orateur remarquable, observateur subtil de son milieu social, Morrison sait qu'il fait partie de l'√©lite intellectuelle (ce que la richesse de sa culture confirme pleinement) et il remarque, dans Wilderness : "People need Connectors/Writers, heroes, stars,/leaders/To give life form" ("Les gens ont besoin de Connecteurs/√Čcrivains, h√©ros, stars,/meneurs/Pour donner un sens √† la vie").

††††††††††

††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††

Or Morrison a pu croire, en 1965, que le mouvement hippie lui offrait l'occasion rêvée de devenir un tel leader susceptible de remanier profondément les valeurs américaines contre lesquelles il se révoltait. Il lui était en particulier possible d'exprimer explicitement un certain nombre de thèses révolutionnaires qui lui tenaient sincèrement à cœur : l'époque s'y prêtait. C'est seulement dans un second temps, en particulier après le concert de New Haven en décembre 1967, que Morrison s'est aperçu qu'il faisait fausse route et qu'il s'était illusionné sur l'intensité de la rébellion exprimée par le Flower Power.

††††††††††††††††††††††††††††††† ††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

La lucidité désabusée qu'exprime The Soft Parade, écrite au début de l'année 1968, ne manque pas de surprendre, et l'on comprend la prudence de Morrison par rapport non seulement aux autorités en place, mais aussi par rapport au mouvement hippie. Quelle place lui serait restée, s'il avait exprimé clairement ses opinions ? S'il avait avoué d'une part qu'il ne s'était intégré au mouvement hippie que par calcul, et d'autre part que ce mouvement l'avait complètement déçu ?

†††††††††††† †††††††††† †Tags :


Commentaires (0) :: Post A Comment! :: Permanent Link

8/7/2007 -

la chute du roi

MIAMI -


†le proc√®s des doors†
†du chanteur Jim Morrison continu hier apr√®s un creux d un week-end de deux jour. Morrison est charg√© du comportement obsc√®ne et lascif, l'attentat √† la pudeur, le blasph√®me ouvert et l'ivresse publique provenant d'un concert de miami 1 mars 1969. Morrison pourrait faire face √† 3 ans dans la prison si reconnu coupable sur tous les comptes.

††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††††††††

extraits du proces

†Cela marque le premier jour de t√©moignage de t√©moin pour le jury √† six personnes, compris de deux femmes et quatre hommes, le procureur Terrence McWilliams.


.Terrence McWilliams appelle Colleen Clary de 17 ans , qui avec son petit ami a suivi l'exposition controvers√©e et† √©tait assise dans les gradins

†"Avez-vous vu que le prevenu s'est expos√© au concert que vous avez suivi ?" Demande √† McWilliams.


"Oui, je suppose que c'était environ dix secondes. Mon petit ami et moi avons été choqués", répond la blonde menue. Le témoin est immédiatement livré à la défense pour le contre-interrogatoire.

†Comme l'avocat des doors Max Fink se l√®ve de la table du d√©fendeur, Morrison une tasse a sa main et une sur l'oreille de son avocat et de chuchote quelque chose. L'avocat arr√™te bri√®vement de faire une note et continue ensuite au secteur devant la barre des† t√©moins. Une s√©rie de question tir rapide et le dialogue de r√©ponse commence.

L'Etat de la Floride contre James Douglas Morrison, continu "Mme Clary, je vais lire de votre d√©claration jur√©e prise cet avril pass√©." Son ton commute agr√©able† arr√™te d'enlever ses verres,

†'La question' qu'il commence, ' est-ce que vous √©tait capable d'en r√©alit√© observer son secteur g√©nital quand il a laiss√© tomber ses v√™tements ? La demoiselle penche en avant dans sa place, √©coutant attentivement comment Fink lit la d√©claration.
"Vous rappelez-vous votre réponse ?" Il demande.

"Non" vient la réponse douce du teenager. L'expression de Mme Clary change immédiatement, elle semble ennuyée et énervée.

†"Laissez-moi rafra√ģchir votre m√©moire, vous avez r√©pondu le 8 avril de cette ann√©e," ' la Plupart du temps il se d√©pla√ßait ' √©tait votre r√©ponse. "

Clary est clairement renvers√©. Fink implacable†,la†jeune dame† manque soudain de ma√ģtrise de soi et appuie sur,†fink sur†un ton clairement sarcastique, "votre m√©moire s'est am√©lior√© soudainement pendant quelques mois pass√©s ?"

La voix de Colleen Clary commence √† craquer comme elle r√©pond tranquillement "je ne sais pas". Le t√©moin† , tourne √† sa droite et commence √† pleurer. Un creux court est appel√©. Morrison monte de son si√®ge), prenant des notes comme il regarde Clary l'affronte des yeux†au† revers du mur.

La cour est reconvoqu√©e quinze minutes plus tard et Fink continuent √† trouver des contradictions entre ses r√©ponses sur la† position et la d√©claration jur√©e pr√©c√©dente.

"Avez-vous vu que M. Morrison a placé ses mains dans ses pantalons ?" La réponse de Colleen, "je pense ainsi."

†Fink lit de nouveau de sa d√©claration et cite sa r√©ponse, "' je ne pouvais pas voir ' √©tait votre r√©ponse en avril." Son point fait, Fink excuse le t√©moin.


Ensuite jusqu'au témoin numéro 4 d'état, Betty Racine, une femme policier à son milieu des années trente qui était en service cette nuit. Après une série de courts, des questions apparemment bien répétées de McWilliams, c'est le tour de Fink.

"Avez-vous entendu le blasphème ?" Il demande.
Racine† r√©pond, "Il a ressembl√©, ' vous voulez voir mon sex '."


Fink rappelle √† la femme policier √† qui dans sa d√©position prise le 2 juin elle a r√©pondu, "j'√©tais trop occup√©, je ne me rappelle pas vraiment entendre n'importe quel serment." Fink est sur un rouleau(r√īle). Racine s'emporte tranquillement . Sa cr√©dibilit√© est eue affaire avec un coup fatal quand elle reconna√ģt ayant √©cout√© une cassette audio du concert r√©cemment. Imm√©diatement conscient de son impair, elle tr√©buche, "j'ai entendu dire que l'on n'a pas suppos√© que ¬Öil l ait dit ¬Ö"

†Son t√©moignage est imm√©diatement frapp√© du rapport. Des changements du procureur D'√©tat avec difficult√© dans sa chaise, il ne semble pas impressionn√©.

Comme les mesures du jour dessinent √† une fin, une certaine† l√©g√®ret√© n√©cessaire est ajout√©e aux mesures avec un √©change plein d'humour entre Fink et le t√©moin d'√©tat Policier(Bobby) Jenkins num√©ro six, de 22 ans.

L'avocat des doors pose une question quant à la masturbation. Les réponses d'étudiant de collège(d'université), "je crois l'expression sont la copulation orale, monsieur" des Sourirs partout dans la salle, tribunal est lever.


Fink demande rapidement, "est-ce que vous √™tes un expert dans la copulation orale ?"† Jennings, "je n'y ai de ma√ģtrise, aucune"

†Un bon rire est partag√© dans la salle de tribunal, y compris Morrison. Le juge, souriant aussi de l'√©change, appelle un creux jusqu'√† demain. Morrison et son entourage laissent† rapidement le tribunal, √©vitant la foule de journalistes et leurs questions, √† part un.

"Que faites-vous ce soir, Jim ?" Hurle un journaliste invisible. "Je vais boire deux ou trois scotch et coke r√©pond† Morrison √† haute voix. Il s' esquive rapidement dans sa limousine† en arri√®re de l'h√ītel....

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

L'automne 1970, g√Ęt√© par le proc√®s de Jim Morrison, retarde les r√©p√©titions pour le sixi√®me album, lesquelles ne commencent qu'en novembre. Le 8 d√©cembre, le jour de son vingt-septi√®me anniversaire, Jim se rend au studio et enregistre une lecture de certains de ses po√®mes. Les 11 et 12 d√©cembre, The Doors donnent leurs derniers concerts avec Jim Morrison √† Dallas et √† la Nouvelle-Orl√©ans.

Image dans son contexte original, sur la page www.washingtonsquares.com/jim.html.

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

Cette photo de Jim Morrison a √©t√© prise en √©t√© de 1970 au Tribunal de Comt√© Dade √† Miami, la Floride. Jim √©tait sur le proc√®s "de l'exposition lui-m√™me" pendant un concert†† un an et demi plus t√īt.

J'ai suivi quelques jours du proc√®s. Contrairement √† ce que vous vous attendriez, le tribunal n'a pas √©t√© tr√®s entass√© et Jim √©tait tr√®s accessible. En fait, j'√©tais capable de parler avec lui deux ou trois fois pendant les pauses - il errait et etait assis tout seul sur un banc dans le vestibule et je me suis assis √† c√īt√© de lui. Je regrette que je ne puisse pas me rappeler plus de la discussion, mais tout ce que je me rappelle est que j'ai demand√© √† Jim quelles bandes(orchestres) actuelles il a aim√© et il a dit, "je suis vraiment dans l'√Čpingle"

Je ne suis pas s√Ľr si cette photo particuliere a √©t√© prise par moi ou mon ami Scott Marks. Mon regret le plus grand, toutes ces ann√©es plus tard, consiste en ce que nous n'avons pas pris d'images d'entre nous avec Jim. Nous avions 16 ans et†† lui demandant pour poser avec nous n'a pas √©t√© faite - la sorte de choses que†nos m√®res pourraient avoir fait s'ils s'√©taient heurt√©s √† Frank Sinatra. Si nous avions su que Jim serait mort dans un an et deviendrait une ic√īne culturelle, nous l'aurions probablement fait.

Un article 1970 de Rock magazine décrit le procès (et la version en ligne est illustrée avec cette photo). Cette liaison contient des détails sur le concert de miami, le procès ,et un effort de biffer condamnation de Jim Morrison.

Qu'est-ce qui est arriv√© √† Miami,† Floride en 1969 ?

Les†doors ont √©t√© pr√©vus pour jouer un concert √††miami le 1 mars 1969. Le manager de Portes, Bill Siddons avait fait une affaire avec le promoteur de Miami, Ken Collier a accepter un montant forfaitaire de 25,000 $ au lieu de soixante pour cent des re√ßus(recettes) bruts.†ken collier a†alors vendu entre huit √† neuf mille billets √† plus que le prix consenti.†collier a aussi enlev√© des places. pour permettre √† plus de personnes dans la salle. Une salle a con√ßu pour se tenir sept mille personnes ont √©t√© maintenant empaquet√©es serr√©es avec environ treize mille.

Jim Morrison a manqu√© son vol r√©gulier†pour Miami et a pass√© le temps attendant le vol suivant, buvant dans†le salon d'a√©roport. Une fois qu'il est mont√© √† bord de l'avion il a continu√© √† boire. Pendant une halte dans la Nouvelle Orl√©ans il a manqu√© son vol de nouveau et a consomm√© m√™me plus de boissons attendant le vol suivant. Au moment o√Ļ il a atteint Miami il a √©t√© extr√™mement ivre. Une fois qu'il a pris la sc√®ne, il tombait presque ivre.

†††† ††††††††††††††††††††††† †

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †††††††††††††††††††††††† †

Il √©tait abusif vers l'auditoire, il commencerait une chanson seulement pour l'arr√™ter apr√®s quelques lignes. √Ä un certain point au concert il a alors demand√© au public, "vous voulez voir mon sex"†et pr√©tendument s'est alors expos√© pendant un instant bref

††

†Le jour suivant les doors ont commenc√© les vacances projet√©es. Tandis que la Presse √† Miami avait un jour faste avec l'incident d'exposition pr√©sum√©. La pression a √©t√© mise des officiels locaux pour en faire quelque chose. Le 5 mars 1969, Bob Jennings du bureau(des fonctions) du procureur a agi comme le plaignant . Une garantie a √©t√© publi√©e pour l'arrestation de Jim Morrison sur un compte de crime de comportement obsc√®ne et lascif et trois comptes de m√©fait d'attentat √† la pudeur, le blasph√®me ouvert et l'ivresse.

†Jim s'est†presenter au FBI √† Los Angeles le 4 avril 1969. Le 9 novembre 1969 il est entr√© √† la r√©clamation "coupable" √† Miami. Le proc√®s†n'a pas commenc√© jusqu'au 12 ao√Ľt 1970. Max Fink √©tait l'avocat de la d√©fense de Jim, le procureur general √©tait Terrence McWilliams et le Juge Murray Goodman a pr√©sid√© le cas.

On a entendu beaucoup de preuve,de t√©moins pour les deux c√īt√©s. La plupart de† √©tait contradictoire. Le 20 septembre 1970 le jury a trouv√© Jim Morrison coupable sur les charges de m√©fait d'attentat √† la pudeur et le blasph√®me. Il a √©t√© trouv√© non coupable sur la charge de crime et le m√©fait pour l'ivresse.Il a √©t√© lib√©r√© sur une caution de 50,000 $ et s est† rendu √† Miami le 30 octobre 1970 pour la sentence.

††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †† 30.10.1970

Le juge Goodman a condamné Jim à six mois de travail dur et 500 $ pour l'exposition publique et soixante jours de travail dur pour le blasphème. Les sentences fonctionneraient concurremment. Il aurait droit à la sortie après deux mois et serait sur l'essai pendant deux ans et quatre mois. Son avocat a déposé un appel immédiat. Jusqu'à l'appel, Jim serait libre sur l'obligation de 50,000 $.

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

Pamela Courson

la compagne du chanteur et po√®te Jim Morrison jusqu¬í√† sa mort.nee le 22 decembre 1946 a weedcalifornie.Le rapport entre Pamela et Jim Morrison est assez ambigu, Ray Manzarek disait qu¬íils formaient les ¬ę†deux moiti√©s d'une m√™me personne†¬Ľ. Jim, lui, la d√©crivait plut√īt comme sa "compagne cosmique".

Elle mourut le 25 Avril 1974, soit trois ann√©es apr√®s Jim vraisemblablement d¬íune overdose d¬íh√©ro√Įne.

†††††††††

†††††††††††† †††† ††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †† †††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †††††† †† † †††††

††††††††††††††††††

†††††††††††††††††† †††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†††

††††††††† †† †††††††††

†††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† ††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† †mariage de ray et dorothee 1967††††††††††††††

†††
D√©but janvier 1971, The Doors enregistrent leur sixi√®me album, LA Woman en dix jours seulement. Cette bri√®vet√© n'est pas sans rappeler l'enregistrement du premier disque. Ce dernier opus avec Morrison prend une tonalit√© beaucoup plus sombre (The Cars Hiss By My Window ; Been Down So Long) et inspir√©e par le blues (LA Woman ; Riders On The Storm), malgr√© quelques morceaux purement rock (The Changeling ; Love Her Madly) et une composition o√Ļ la musique √©claire l'un des meilleurs textes de Morrison, The W.A.S.P. (Texas Radio And The Big Beat). Une critique unanime salue le disque, souvent consid√©r√© comme le meilleur du groupe.

Pourtant, la d√©cision de Jim appara√ģt d√©sormais irr√©vocable : il choisit d'abandonner la carri√®re de chanteur rock, de r√©duire sa consommation d'alcool, et de se consacrer √† la production de films tout en poursuivant son travail po√©tique, d√©j√† solidement lanc√© par les encouragements de Michael McClure et par la publication en avril 1970, chez Simon & Schuster, d'un double recueil, The Lords and The New Creatures

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

Pour accentuer cette rupture, Morrison quitte les √Čtats-Unis en compagnie de sa compagne de toujours, Pamela Courson, et s'installe √† Paris le 5 mars 1971. Les autres membres du groupe prennent quelques vacances et √©voquent la possibilit√© d'un septi√®me album. Le 5 juillet, pourtant, une rumeur court √† Los Angeles selon laquelle Jim serait d√©c√©d√©. D√©p√™ch√© sur place d√®s le 6, Bill Siddons, le manager de The Doors ne peut que confirmer : Jim Morrison est mort dans la nuit du 2 au 3 juillet. Sam Bernett, directeur de la bo√ģte de nuit du Rock and Roll Circus raconte (dans "The end - Jim Morrison", √©d. Priv√©, 2007) comment il d√©couvrit Jim mort d'overdose dans les toilettes de son √©tablissement avant qu'on ne transporte le corps dans la baignoire de l'appartement o√Ļ il fut officiellement trouv√© par Pamela Courson. Il est enterr√© -sans autopsie- le 7 juillet, au Cimeti√®re du P√®re-Lachaise, √† Paris.

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††

Il semblait in√©vitable que ce d√©c√®s pr√©matur√©, ces obs√®ques pr√©cipit√©es sans m√™me une autopsie pour d√©terminer les causes de la mort, dans un pays √©tranger de surcro√ģt, provoqu√Ęt des rumeurs et de nombreuses interrogations. Plusieurs th√®ses s'affrontent. Certains, peut-√™tre un peu trop parano√Įaques, pr√©tendent que le FBI avait une "liste noire" de personnalit√©s charismatiques "dangereuses", pour ne pas dire "√† abattre", et que Jim Morrison figurait sur cette liste. D'autres encore pr√©tendent que Morrison aurait en fait orchestr√© un "d√©c√®s fictif" destin√© √† couvrir sa fuite, et qu'il serait toujours vivant.

L'hypoth√®se d'un simple arrr√™t du c¬úur √† la suite d'une vie d'exc√®s (Morrison se vantait d'avoir pris deux cents fois de l'acide) para√ģt encore la plus vraisemblable : il reste n√©anmoins que cette mort myst√©rieuse, √† un √Ęge si peu avanc√©, dans le pays m√™me qui vit na√ģtre Baudelaire et Rimbaud, ne pouvait qu'ajouter √† la l√©gende de Jim Morrison et contribuer √† lui offrir une aura de "po√®te maudit" que plus rien ne pourra contredire aujourd'hui puisque le seul t√©moin direct, Pamela Courson, est d√©c√©d√©e d'une overdose d'h√©ro√Įne en 1974.

declarations de pamela courson

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††† le pere lachaise

††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††

†††††††††††††††††††

†††

†††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††††

†††††††††††††††††

†††††† ††††† ††††††††††††††††† †

††††

†††††††††††††††††††††††††† discographie†††††††††

01.1967

07.1968

07.1969

02.1970

  • Released: Sep 1970
  • 21 tracks
  • Label: Rhino/Elektra

    04.1971

    11.1978

  • the lost interwiew volume one

    The Lost Interview Tapes Featuring Jim Morrison - Volume Two: The Circus Magazine Interview

    NB: volontairement pas inscrit les albums ,other voices et full circle.ces albums sont sans† mojo

    †††††††††††††††††

    Tags :

    Commentaires (0) :: Post A Comment! :: Permanent Link

    6/8/2007 -

    livres,videos,photos,du roi lezard

    ††††††††††† ††††††† livres†††††††

    "ecxellentissime" livre .perso,je l ai devorer. super bien ecrit ,lecture rapide. si vous ne l avez pas, courez l acheter

    pour tout ce qui est musique,†livres ou videos ,j essaierais de maintenir a jour.

    Après avoir découvert des documents jusqu'alors jamais publiés, mené de nouvelles interviews et s'être plongé dans le journal et les enregistrements inédits du leader des Doors, Stephen Davis décrypte avec brio l'énigme Jim Morrison. Une biographie définitive d'une des plus grandes légendes du rock, dernière incarnation du romantisme tardif.

    Mot de l'éditeur

    Cette biographie d'investigation s'attache √† retracer la vie et la carri√®re de Jim Morrison, chanteur des Doors devenu une ic√īne du rock des ann√©es 1960, et livre de nouveaux √©l√©ments sur les circonstances de sa mort √† Paris en 1971.

    Présentation de l'éditeur
    James Douglas Morrison est la traduction française, dans une version entièrement revue et augmentée, du livre de Frank Lisciandro paru aux Etats-Unis sous le titre An Hour for Magic. Cette réédition comprend une centaine de photographies dont une vingtaine étaient restées totalement inédites. D'autres sont reproduites en couleur pour la toute première fois. Cet ouvrage réunit des épisodes surprenants de la vie courante de Jim
    Morrison. Frank Lisciandro était l'un des proches amis de Jim. Entre 1968 et 1971, il a travaillé comme photographe indépendant auprès des Doors et a collaboré étroitement à la réalisation des films Feats of Friends et HWY. Ayant la confiance des héritiers de Jim, Frank Lisciandro a également supervisé la publication des deux recueils de poèmes posthumes,
    Wilderness et The American Night. Dans Un festin entre amis (Le Castor Astral), Frank Lisciandro donnait la parole √† des proches Morrison √† divers moments de sa vie. Ici, il livre ses propres souvenirs sous la forme d'un photojournal. Il nous entra√ģne dans les coulisses aupr√®s des Doors, puis sur la route, seul avec Jim, entre Atlanta et la Nouvelle-Orl√©ans, par exemple, ou en vir√©e dans quelques bars de la c√īte Ouest. C'est par cons√©quent un Morrison au quotidien que l'on d√©couvre ici, l'homme plus que la star, et l'√©crivain qui s'appliquait √† conserver son sens de l'humour dans les circonstances les plus insolites.

    Présentation de l'éditeur
    Chaman, poète maudit ou sorcier des mots, Jim Morrison captive toujours autant l'imagination. Il a cultivé l'outrage pour servir ses thèmes de prédilection : l'oppression, la passion de vivre, la fascination pour la mort. L'équipée sauvage des
    Doors fut le th√©√Ętre de son talent et forgea sa l√©gende. " Riders On The Storm ", " Light My Fire ", " You Make Me Real " sont autant de textes et de m√©lodies devenus mythiques. Bien au-del√† des id√©es re√ßues et des caricatures, cette biographie retrace l'aventure fulgurante d'un artiste charismatique, d'un enfant du si√®cle sans concession qui r√©inventa le rock.

    Biographie de l'auteur
    Jean-Yves Reuzeau, éditeur, a travaillé une dizaine
    d'années pour le label Elektra, celui des Doors.

    Présentation de l'éditeur
    Il √©tait une fois, au si√®cle dernier, un monde fantastique peupl√© de gens √©tranges et magnifiques. De d√©jant√©s et de mal√©fiques, d'hommes et de femmes qui n'auraient c√©d√© leur place pour rien au monde pour faire ce voyage extraordinaire dont nous ne nous remettrons jamais. Je vais vous raconter une histoire de cingl√©s. Une histoire vraie avec de vrais cingl√©s. Dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971, les W-C du Rock and Roll Circus √©taient ferm√©s de l'int√©rieur. Janis Joplin d√©boulait sur les platines. Jim Morrison n'√©tait plus accoud√© au bar. Le g√©n√©ral de Gaulle avait pris une t√īle aux √©lections. Les Rolling Stones dansaient avec le diable au banquet des mendiants. Jacques Pr√©vert et Antoine Blondin refaisaient le monde au bar de l'Alcazar. Aux Etats-Unis, la police avait tir√© sur des √©tudiants. Au Vietnam, les GI se passaient des joints et les Doors en boucle. Richard Borhinger n'avait pas encore de c√©sar. Gene Vincent voulait une caisse de bi√®res pour chanter " Be bop A Lula ". James Douglas Morrison se pourrissait la vie avec Pamela Courson. Je peux vous confirmer que le chanteur des Doors est bien mort √† Paris. En revanche, une chose est certaine, Jim Morrison n'est pas mort dans sa baignoire le 3 juillet 1971. Un fragment de l'histoire v√©ritable est donc par nature un v√©ritable myst√®re.

    Biographie de l'auteur
    Animateur vedette √† RTL et √† Europe 1, Sam Bennett est le cr√©ateur de lieux parisiens devenus cultes : la Tour de Nesles, le Rock and Roll Cirrus, le Malibu, le Bus Palladium, le Martines, il a √©galement dirig√© l'Elys√©e Matignon. Il est le seul √† conna√ģtre la v√©rit√© et a attendu plus de trente-cinq ans avant de r√©v√©ler les vraies
    circonstances de la mort de Jim Morrison.

    Description du produit

    Quatrième de couverture
    " Contrairement √† la plupart des textes √©crits pour √™tre chant√©s, qui font partie int√©grante d'une musique et semblent lorsqu'ils en sont s√©par√©s, appauvris, diminu√©s, ceux de Morrison gardent leur sens, leur rythme, leur force. d'autres textes de Jim Morrison le po√®te, et surtout Une pri√®re am√©ricaine sont proches de la recherche po√©tique des Seigneurs et Nouvelles Cr√©atures, mais retrouvent les m√™mes th√®mes obs√©dants : la conscience aigu√ę de l'oppression, le d√©sespoir et la passion de vivre, la fascination de la mort, les c√©l√©brations dionysiaques de celui qui cherchait √† r√©inventer les mythes, les dieux, les symboles " (Marjorie Alessandrini, Rock & Folk, 1978) " C'√©tait un po√®te, " un homme de mots ", comme il aimait √† dire et comme le prouvent les quelques √©crits fascinants qui ont √©t√© publi√©s : The Lord and the new creature, An American Prayer, ces surprenants in√©dits r√©cemment parus dans la revue Jungle. C'√©tait un enfant du si√®cle. Un chaman, un sorcier qui a captiv√© et captive encore les imaginations parce qu'il √©tait poss√©d√© par tous les d√©mons exalt√©s de l'Am√©rique et du monde moderne. Un demi-dieu maudit, un Icare √©lectrique, mais si proche de nous, pourtant de nos frustrations et de nos espoirs... " (Herv√© Muller, le Matin de Paris, 3 juillet 1981)

    Mot de l'éditeur

    Auteur, avec Daniel Sugerman, du fameux personne ne sortira d'ici vivant, Jerry Hopkins a décidé de reprendre la plume parce qu'il a eu depuis accès à une multitude d'informations inédites sur Jim Morrison et notamment sur les circonstances de la mort du héros des " Doors ". Ce nouveau cheminement à travers un mythe est une tentative lucide pour cerner au plus près le mystère Jim Morrison. En annexe, des interviews introuvables du " roi lézard ". On y retrouve sa voix.

    Ce document exceptionnel relate l¬íhistoire d¬íun mythe du rock et de sa compagne.Patricia Butler nous livre l¬í√©tonnant r√©sultat de six ann√©es d¬íenqu√™te biographique. Ce livre contient des r√©v√©lations sid√©rantes. Enrichi de photographies rares ou inconnues, il collectionne des t√©moignages bouleversants. ¬ę†Un livre d¬íune impartialit√© rafra√ģchissante, et l¬íun des plus respectueux envers Jim Morrison.†¬Ľ The Scene

    Préface de Jerry Hopkins

    Didier Lauru nous invite ici à découvrir ce personnage en suivant trois axes :
    - Son enfance et son histoire familiale, déterminantes à plus d’un titre.
    Son père, amiral, était très autoritaire et a certainement contribué à façonner le caractère très anti-autoritaire de son fils.
    - La construction du mythe de son vivant. Il se construit son propre mythe, se r√©f√®re √† des figures comme celle du Grand L√©zard, qui repr√©senterait la partie reptilienne, tr√®s archa√Įque, de chaque homme, celle de Dyonisos, celles de po√®tes tels que Baudelaire et Verlaine aussi. Cette construction du mythe s¬íaccompagne d¬íun refus de vieillir, de passer √† l¬í√Ęge adulte et du d√©sir inassouvi d¬í√™tre un po√®te reconnu.
    - Le mythe qui fut amplifié après et par sa mort au-delà de tout ce qu’il avait lui-même imaginé et ne peut pas être abordé sans une réflexion sur le héros et le mythe.
    Toute cette réflexion se nourrit des textes largement cités de ses poésies et de ses chansons.

    Jim Morrison... l'artiste rock am√©ricain le plus fascinant de sa g√©n√©ration, et aussi le plus controvers√©. Chanteur, compositeur, r√©alisateur, po√®te, provocateur, sex symbole, rebelle et personnage de l√©gende, il incarnait tous les espoirs et toutes les contradictions des ann√©es 60 et 70. Mais comment √©tait-il vraiment ? Gr√Ęce aux t√©moignages et aux souvenirs de ses amis les plus proches, Morrison, Un festin entre amis, avec plus de 120 photos et illustrations rares, nous r√©v√®le l'homme exceptionnel qu'il √©tait, au-del√† du mythe √©chafaud√© par les m√©dias et des lubies de la petite histoire du rock.

    Ecrit par un psychologue et un sociologue de renom, ce captivant document explique par le détail que Janis Joplin et Jim Morrison souffraient d'un même trouble de la personnalité (borderline, ou état limite).

    Cette grave affection, m√©connue √† l'√©poque mais bien identifi√©e aujourd'hui, les a tous deux pr√©matur√©ment men√©s √† la mort, √† l'√Ęge de 27 ans. Le livre r√©pond aux questions suivantes†: pourquoi se comportaient-ils de fa√ßon aussi excentrique et outranci√®re†? Etaient-ils suicidaires†? Quelle √©tait la nature de leur grave d√©tresse†? Aurait-on pu leur venir en aide†?

    En s'appuyant sur les connaissances actuelles en psychologie et sur une vaste documentation, les auteurs analysent en profondeur le comportement autodestructeur des deux artistes, distinguant les sympt√īmes des causes r√©elles. Apr√®s avoir d√©crit la maladie elle-m√™me, Gerald et Ralph Faris mettent en sc√®ne des s√©ances de psychanalyse replac√©es dans le contexte des ann√©es 1960. Ils r√©v√®lent les r√©flexions du th√©rapeute √† mesure que les patients s'expriment.

    Au-del√† de toute pol√©mique, ce livre audacieux apporte des √©l√©ments essentiels permettant de mieux comprendre contre quels d√©mons luttaient au jour le jour ces deux ic√īnes du rock et du blues.

    Au sommaire

    • Cotoyer la zone morte
    • Explications courantes mais insuffisantes
    • Janis Joplin seule en piste
    • R√©flexions sur le destin - Janis en analyse
    • Jim Morrison, po√®te, chaman, roi l√©zard
    • R√©flexion sur le destin - Jim en analyse

    Partant du constat que le "phénomène" Morrison reste bien vivace plus de trois décennies après le décès du chanteur de rock, cet ouvrage retourne "sur les lieux du drame", pour comprendre comment s'est déroulé, aux Etats-Unis entre 1966 et 1971, la starisation de Jim Morrison. Une réflexion sur l'élaboration et les fonctions d'un véritable mythe moderne.

    livre numérique

    http://www.numilog.com/fiche_livre.asp?PID=32935

    Jim Morrison au delà des Doors

    Hervé MULLER

    Editions Albin Michel / Rock'n Folk - 189 pages

    †† Auteur : Muller Herve
    Editeur : Ramsay
    Parution : 1991
    Format : Grand livre (Beau livre, BD grand format, Encyclopédie...)

    Présentation de l'éditeur
    " Au d√©but, Jim Morrison n'avait pas l'air d'autre chose que d'un merveilleux gar√ßon v√™tu de cuir noir, tel que pourraient en r√™ver deux folles au t√©l√©phone. Plus tard, cependant, il se r√©v√©la √™tre quelqu'un de beaucoup plus solennel. Pas seulement un rocker pour routier, ni m√™me un superbe √©talon, mais un po√®te et un penseur bourr√© de profondeur. Sur le champ, tel un Bix Beiderbecke du Rock, il s'√©lan√ßa plein gaz sur la route am√©ricaine du martyr romantique ", √©crit l'√©crivain am√©ricain Nik Cohn. Le chanteur des Doors est d√©c√©d√© √† 27 ans dans son appartement parisien. Plusieurs versions de sa mort circulent toujours et certains se disent m√™me persuad√©s que le Roi L√©zard est encore vivant, quelque part en Afrique... Cette enqu√™te-fiction d√©roule les surprenantes 24 derni√®res heures de ce politicien de l'√Črotique, √©reint√© par la justice de son pays, fatigu√© par la c√©l√©brit√©, us√© par la drogue et l'alcool, r√©fugi√© √† Paris. James Douglas Morrison ? Chanteur, po√®te et ic√īne rock disparu dans de bien troubles circonstances le 3 juillet 1971. Enterr√© au cimeti√®re du P√®re-Lachaise. Victime de son √©poque.

    Jours √Čtranges : Ma Vie avec Jim Morrison Premi√®re √©dition Couverture rigide w/jaquette. Certains soutiennent que c'est la v√©rit√©, tandis†que d'autres disent que c'est la fiction pure. √Čcrit par l'auteur de fiction bien connu Patricia Kennealy qui au moment de ' le film des†doors en 1991 a chang√©e son nom de famille √† Morrison.

    petite liste d autres livres

    Follow the music:† Jac Holzman & Gavan Daws
    Light My Fire:† Ray Manzarek
    The Poet in Exile:† Ray Manzarek
    The Lost Diaries of Jim Morrison:† Marshal Lawrence Pierce, III
    When The Muisc's Over: Chuck Crisafulli
    On Stage:† Rainer Moddemann
    The Doors:† Rainer Moddemann
    Jim Morrison Complete Paris Guide:† Rainer Moddemann
    Waiting For An Echo:† Leon Barnard
    Impressions Of An Anniversary:† Jochen Maassen
    Dance On Fire:† Ross Clarke
    A Feast Of Friends:† Frank Lisciandro
    Jim Morrison-Rattlesnakes, Whistles, and Castanets: Frank Lisciandro
    Angels Dance And Angels Die:† Patricia Butler
    Jim Morrison & The Doors:† Mike Jahn
    Burn Down The Night:† Craig Kee Strete
    The Scream Of The Butterfly:† Daniel Dreier
    Living & Dying With Jim Morrison:† Judy Huddleston
    Mr Mojo Risin-The Last Holy Fool:† David Dalton
    No One Here Gets Out Alive:† J. Hopkins & D. Sugerman
    The Doors On The Road:† Greg Shaw
    The Doors Companion:† John Rocco
    The End: The Death Of Jim Morrison:† Bob Seymore
    An Hour For Magic:† Frank Lisciandro
    The Doors Photo Book:† Oliver Books
    Jim Morrison: Dark Star:† Dylan Jones
    The Story Of The Doors:† John Tobler & Andrew Doe
    Complete Guide To The Music Of The Doors:† Peter K. Hogan
    The Doors Artistic Vision:† Doug Sundling
    The Doors and The 60s Press:† Doug Sundling
    The Doors Concise:† Complete Omnibus Press
    The Lizard King:† Jerry Hopkins
    The Doors Complete Illustrated Lyrics:† Danny Sugerman
    The Doors Illustrated History:† Danny Sugerman
    Wonderland Avenue:† Danny Sugerman
    Moonlight Drive: Chuck Crisafulli
    My Eyes Have Seen You:† Jerry Prochnicky & Joe Russo
    Images Of Jim Morrison:† Edward Wincentsen
    Riders On The Storm:† John Densmore
    Rimbaud And Jim Morrison:† Wallace Fowlie
    Strange Days:† Patricia Kennealy
    The Doors:† William Ruhlmann
    Break On Through:† James Riordan & Jerry Prochnicky
    The Doors In Their Own Words:† A. Doe & J. Tobler
    They Died Too Young:† Jon E. Lewis
    Wild Child In The City of Light: Jochen Maaben
    The Doors Anthology: Hal Leonard Corporation
    The Doors-Easy Piano: Hal Leonard Corporation
    Jim Morrison lyrics & poems.† Included w/ a 7" 33RPM: Materiali Sonori Dist.
    The Doors:† Herve Guilminot† Italian Import
    The Doors Poster Book:† UK Import.
    The Doors Dyskografie:† Polish Import.
    The Doors Tear Out Photo Book:† England Import
    Jim Morrison- Au-dela des Doors:† Herve Muller -French Import
    Jim Morrison-† Mort ou vif':†† Herve Muller: - French Import
    Jim Morrison-Stone Immaculate:† Patricia DeVaux -French Import
    Jim Morrison's- Adventures in the Afterlife:† Mick Farren
    Communication d'une star,Jim Morrison: Matthews Jacob Thomas

    †††††††livres ecrits par jim morrison† ††

    Quand le fantasque des √Ęmes tortur√©es prend vie sur papier, souvent le r√©sultat laisse le lecteur d√©rout√©, surpris, d√©rang√© mais fascin√©. Ici, c¬íest le cas. Quand ces textes prirent vie et furent √©dit√©s (√† compte d¬íauteur), Jim Morrison sut qu'enfin, pour la premi√®re fois, ¬ę il ne s'√©tait pas fait baiser ¬Ľ. Qu'il avait enfin pu laisser ses mots prendre corps, que son image de star pop, d¬íange √©gar√©, ne lui avait pas √©t√© coll√©e sur le dos. Enfin, il avait pu √™tre ce qu¬íil voulait √™tre et non ce qu'on d√©sirait qu¬íil fut. Un √©crivain.
    Dans la premi√®re partie ¬ę Les Seigneurs ¬Ľ, c¬íest une vision cin√©matographique de l¬íhumanit√© qu¬íil nous apporte, pour mieux accentuer sa superficialit√©. C'est le cri du refus, de l'incompr√©hension d'un monde maudit. ¬ę La division des hommes en acteurs et spectateurs est le fait de notre temps. Nous sommes obs√©d√©s par des h√©ros qui vivent pour nous et que nous punissons. ¬Ľ Ces journalistes vautours, √† l¬í√Źil malsain et destructeur. ¬ę Des cam√©ras dans le cercueil interviewant les vers de terre ¬Ľ. Tout autant de phrases percutantes, hurlante de col√®re et de d√©go√Ľt. Contre ces sensations par procuration, qu¬íapporte le cin√©ma. ¬ę Les films ne sont que des images mortes auxquelles on donne une ins√©mination artificielle ¬Ľ. Vision schizophr√®ne parfois, de cet univers ext√©rieur consumant ¬ę Tout est vague et vertigineux. La peau enfle et il n'y a plus de distinction entre les parties du corps. On est gagn√© par le son de voix mena√ßantes, moqueuses, monotones. C'est la peur, l¬íattirance de la D√©voration. ¬Ľ
    C'est poursuivre par des visions poétiques, soumises aux mots qu’elles canalisent. Dans la deuxièmes partie, ces nouvelles créatures sont là, ces images sulfureuses, violentes, douces, apaisantes.
    Ce livre est une beauté, c’est un esprit qui se révèle, se sent libre d'être, de se donner de la place, de vivre enfin sa vie.
    Une version bilingue qui laisse aux mots de Morrison toute leur saveur, leur na√Įve sinc√©rit√©.
    Un recueil surprenant, magnifique et simple. Ouvert, candide et pourtant cruellement lucide.
    Qu'il est bon de donner la parole à certains...

    ††

    Wilderness

    de Morrison, Jim

    Titre original : Wilderness

    Traducteurs : Devaux, Patricia

    Arden lointain

    de Morrison, Jim

    Traducteurs : Prudent, Sabine,Reimann, Werner

    La nuit américaine

    de Morrison, Jim†† Traducteurs : Devaux, Patricia

    Dans cette √©dition bilingue des po√®mes d'un des plus grands chanteurs de rock de ce si√®cle, on avance comme sur un terrain mouvant. L'univers du chanteur des Doors se d√©fait au fur et √† mesure de la lecture. Ses th√®mes circulent entre les quatre √©l√©ments. Bien s√Ľr, il y a un peu de violence, mais c'est l'onirisme qui domine tout.

    Une prière américaine écrit par Jim Morrison

    Ce volume complète Seigneurs et Nouvelles créatures, en ce sens que sont maintenant disponibles la quasi-totalité des écrits de Jim Morrison. La première partie de ce volume regroupe, classés disque par disque, les textes des chansons écrites par Morrison pour les Doors.
    Une pri√®re am√©ricaine n'avait √©t√© publi√©e aux √Čtats-Unis qu'en plaquette tir√©e √† 200 exemplaires, uniquement r√©serv√©s aux amis de Morrison. Ode √† L.A. en songeant √† feu Brian Jones est un √©crit plus rare encore, puisqu'il n'avait circul√© que sous la forme d'une feuille imprim√©e, distribu√©e au public lors de concerts des Doors en 1969. Enfin le texte qui termine ce recueil fut publi√© en 1968 dans la revue am√©ricaine Eye.

    traduction de Muller, Herve

    visite chez patricia kennealy morrison

    Patricia Kennealy ou de son vrai nom Patricia Kennely (1946 - ) est une journaliste américaine, née à New York.

    Elle travaille pour le magazine Jazz&Pop, dans lequel elle écrit, en 1970, une critique favorable au double recueil The Lords and The New Creatures de son amant, Jim Morrison. Elle l'épouse au cours d'une cérémonie Wicca en juin 1970. Elle adopte alors le nom de Patricia Kennealy-Morrison.

    Après la mort de Morrison, elle poursuit son travail de journaliste tout en rédigeant une série de romans intitulée Keltiad. On lui doit également une biographie de Jim Morrison : Strange Days - My Life with and without Jim Morrison. Elle a été consultante pour le film The Doors qu'Oliver Stone a consacré au groupe The Doors et à la vie de Jim en 1991

    the door opens,

    La porte s'ouvre sur une silhouette vêtue de noir. Une crinière rousse émerge, et un visage à la peau incroyablement diaphane. Le visage est enfantin, avec un nez en trompette et une moue boudeuse. Mais le regard, d'un brun profond, est grave et changeant, à la fois opaque et scrutateur, doux et sévère.

    Patricia Kennealy Morrison nous ouvre les portes de son royaume. Elle est √©crivain, auteur entre autres d'un livre magnifique et poignant, o√Ļ elle raconte son histoire d'amour avec Jim Morrison. Elle en dresse un portrait subtil, amoureux mais lucide, passionn√© mais toujours honn√™te, sans jamais pr√©tendre d√©tenir l'ultime v√©rit√© sur cette personnalit√© complexe. C'est le Jim Morrison qu'elle a connu, deux ans et demi avant sa mort, tendre et cruel, si loin, si proche... Patricia Kennealy a aim√© Jim Morrison, elle l'aime encore et l'aimera jusqu'√† son dernier soupir -et plus encore. Et cet amour, ou cette foi, elle le paye cher. Voil√† trente ans qu'elle est tra√ģn√©e dans la boue, salie, accus√©e des pires maux. Le paroxysme de l'horreur a √©t√© atteint avec le film d'Oliver Stone, The Doors, o√Ļ elle est d√©crite comme un parasite malfaisant, une sorci√®re diabolique, poussant le personnage de Morrison (d√©s-incarn√© par Val Kilmer) vers les ab√ģmes qui allaient causer sa perte. Au mieux, elle est une groupie parmi tant d'autres. Au pire, l'√Ęme damn√©e, celle par qui le malheur arrive. Et aujourd'hui, cette psychopathe tente bien s√Ľr de tirer le maximum de profit de son amourette sulfureuse avec le Dieu du rock. Elle compte les dollars en sniffant de la coca√Įne.

    Mais Patricia est en face de moi. Elle respire l'honnêteté, la droiture intellectuelle. Il n'y a aucun doute possible, cette femme ne ment pas. Elle vit toujours dans le même minuscule appartement, qu'elle ne possède même pas. Ses seules richesses, et elles sont enviables, sont des poèmes, des dessins, des lettres de l'homme qu'elle aime. Autant de preuves, pour les sceptiques. Elle pourrait être rapidement millionnaire en vendant quelques uns de ces vestiges. Une simple ceinture de Morrison ne s'est-elle pas envolée à 90 000 $ aux enchères ? En face d'elle, les arguments de ses détracteurs tombent en poussière. Ils sont d'une mauvaise foi et d'une vulgarité à faire frémir. Un proche des Doors nous confia un jour d'un air entendu : "si elle a réellement avorté, comme elle le prétend, ce n'est pas la première groupie à le faire. Et puis, une femme ne peut décemment pas vouloir avorter si elle porte l'enfant de Jim Morrison." Sans commentaire.

    Pourquoi cet acharnement ? La question la fait sourire. Patricia ne fait pas partie de l'histoire officielle, du mythe mis en place par les hagiographes et leurs compères publicitaires. Elle ne cadre pas, cette femme trop forte, trop indépendante, moins jolie que "l'autre", la compagne officielle, la "muse", Pamela Susan Courson. On pourrait appeler cela le syndrome Yoko Ono. Mais le pire est ailleurs : Patricia Kennealy Morrison est une sorcière. Une vraie. Prêtresse d'un rite celtique pré-chrétien. Donc, une folle, ou une adoratrice du diable. Et pour aggraver son cas, cette femme a épousé Jim Morrison selon ce rite, faisant ainsi de lui un initié, loin des yeux du monde. Trop bizarre, trop compliqué. Et tellement malsain.

    Nous sommes dans le salon. C'est ici-m√™me qu'a eu lieu la c√©r√©monie, ici que Jim et Patricia ont √©chang√© des voeux qui les lient pour toujours : "la mort ne s√©pare pas, seulement le manque d'amour." Selon ce rite, on peut en effet s'unir pour un jour, un an, pour la vie ou pour toujours. Elle s'assoit sur le sofa, un √©ventail √† la main, royale. A ses doigts, les bagues anciennes qu'il lui a offertes, et son alliance. Ses cheveux fr√īlent le bas de son dos. Jim lui avait demand√© de ne jamais les couper. En face d'elle, un fauteuil comme un tr√īne, celui o√Ļ aimait s'asseoir le "Roi L√©zard". Un tartan √©cossais, celui du clan des Morrison, est pos√© dessus. Les murs pourpres sont couverts des dessins de la main de Jim, de tableaux illustrant la l√©gende arthurienne, de tablettes sur lesquelles reposent des statuettes anciennes de d√©esses. Ath√©na, la guerri√®re. Ariadn√©, compagne de Dyonisus. Une serviette de cuir par terre, celle de Morrison. Son stylo. Un ceinturon accroch√© √† un miroir, des v√™tements, des livres, des objets personnels : Patricia a tout gard√©.

    Mais il ne faut pas s'y tromper : elle n'est pas femme √† vivre dans le culte du pass√©, adorant des reliques et vivant hors du monde, repli√©e sur sa douleur. Elle est plut√īt une gardienne, vigilente et fid√®le. "Je ne recherche pas la souffrance, mais je ne veux rien oublier. Et si la souffrance est le prix √† payer pour cela, alors je le paye avec joie."

    Tout a commencé un jour de janvier 1969 : "je n'avais que 22 ans, j'étais rédactrice en chef à Jazz and Pop, une revue alors très renommée. J'étais au Plaza, ici, à New York, et j'allais interviewer Jim Morrison. Il n'y avait pas d'autre journaliste. Je suis entrée dans la suite, il s'est levé pour m'accueillir et s'est avancé vers moi. Il a tendu sa main, j'ai tendu la mienne, et lorsque nos deux mains se sont touchées, il y a eu des étincelles. De vraies étincelles, bleutées, qui volaient dans toutes les directions. Je l'ai regardé, il a souri, ma main était toujours dans la sienne. Il a dit, avec cette voix d'une douceur impossible, "un présage", j'ai acquiescé, et j'ai retiré ma main. J'étais profondément troublée."

    Patricia Kennealy et Jim Morrison vont parler pendant des heures : de leurs racines celtiques, de po√©sie, de musique. Il semble particuli√®rement intrigu√© par cette toute jeune femme, brillante et cultiv√©e, capable de parler avec lui d'√©gal √† √©gal. Voil√† qui change des groupies. N'y tenant plus, il finit par lui demander abruptement : "dis-moi ce que tu es". Et elle de le regarder droit dans les yeux : "je suis une sorci√®re." Patricia Kennealy descend d'une tr√®s ancienne famille de chamans irlandais. Kennealy signifie "t√™te de loup" : les sorciers s'enveloppaient d'une peau de loup, la gueule de la b√™te pos√©e sur leurs t√™tes. Elle a choisi le paganisme celtique d√®s sa dix-septi√®me ann√©e, rompant ainsi avec une √©ducation catholique stricte. "C'est une qu√™te spirituelle, qui m'a fait retrouver mes racines. Nous essayons de reconstituer les rituels que nos anc√™tres pratiquaient avant l'av√®nement du christianisme, en √©tudiant les mythes et l√©gendes. Nos divinit√©s sont les dieux et les d√©esses du panth√©on celte : les divinit√©s irlandaises et galloises de la sagesse, de la magie, de l'amour, de l'art, de la guerre, de la musique, de la litt√©rature ; de la mer, du ciel, de la terre, des √©toiles, des animaux, de la mort et de la naissance, toutes les facettes de la vie elle-m√™me. Et au-dessus de ces divinit√©s il y a la D√©esse, avec Son consort, le Roi Sacr√©. J'expliquais tout cela √† Jim, et son oeil s'allumait, il √©tait fascin√©." A ce moment-l√†, Patricia ne conna√ģt pas encore cette histoire que Jim aime raconter. Quand il √©tait enfant, il a vu dans le d√©sert un accident de la route o√Ļ plusieurs indiens avaient √©t√© bless√©s. Il a alors senti l'√Ęme d'un vieil indien agonisant se r√©fugier en lui.

    Leur quête spirituelle à tous deux va jeter les bases d'une amitié profonde. Morrison, retourné à Los Angeles, lui envoie des lettres, des poèmes, réclamant en retour des critiques impartiales. Car Patricia est loin d'être emballée par ses poèmes, qu'elle trouve vagues, complaisants. Aujourd'hui, elle tranche : "en tant que poète, c'est un grand songwriter !" Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Il y a une attraction féroce entre eux, une attirance que Patricia analyse : "il était extrêmement charismatique et réservé, et il avait besoin de moi pour le sortir de lui-même, en quelque sorte. Quant à moi... et bien, je savais que c'était lui, et personne d'autre." Quelques mois plus tard, ils deviennent amants, aussi naturellement qu'ils sont devenus amis, et c'est le début d'une période très... romantique. Ils se voient rarement, lui à Los Angeles, elle à New York, mais Patricia ne le regrette pas : "j'avais besoin de temps pour écrire, lui aussi. Et comme on ne se voyait pas beaucoup, le temps que l'on partageait était d'autant plus précieux, il n'y avait de la place que pour l'essentiel." Car Patricia a déjà en tête, à l'époque, la saga celtique qu'elle ne commencera à publier qu'une dizaine d'années plus tard.

    Patricia a d√©j√† entendu parler de Pamela Courson lorsqu'elle la rencontre en janvier 1970. Elle raconte, avec un amusement visible : "rien ne s'est pass√© comme dans le film, bien s√Ľr. C'√©tait en coulisses, pendant une r√©p√©tition des Doors, elle s'est pr√©sent√©e comme "la femme de Jim" et nous nous sommes serr√© la main. C'√©tait la plus jolie fille que j'aie jamais vu. Pas de cervelle, mais tr√®s jolie." Pamela n'a jamais √©t√© madame Morrison. C'est une obsession, une id√©e fixe qui ne l'a jamais quitt√©e, sa mani√®re peut-√™tre de se rassurer. Patricia n'aura pas besoin de ce genre d'artifice. Au printemps, Jim Morrison la demande solennellement en mariage, un genou √† terre, sous un arbre fleuri √† Central Park.

    Le 24 juin 1970, Jim et Patricia se marient selon un rite celtique, devant la Grande Pr√™tresse -que Patricia va bient√īt remplacer dans ses fonctions- et le Grand Pr√™tre. "Je lui tenais la main, nous √©tions tr√®s nerveux. J'ai vu notre reflet dans le miroir, tous les deux habill√©s de longues robes noires. Il avait une couronne de laurier dans ses cheveux longs. Il √©tait d'une beaut√© irr√©elle √† la lueur des bougies." Durant la c√©r√©monie, les deux boivent √† une coupe de vin m√™l√© de quelques gouttes de leur sang (sc√®ne transform√©e en une bacchanale absurde dans le film), leurs mains li√©es par un ruban, symbolisant le voeu qu'ils se font l'un √† l'autre.

    Cet √©t√©-l√† commence le d√©sastreux proc√®s de Miami. Le visage de Patricia se crispe pendant qu'elle raconte. James Douglas Morrison est accus√© d'avoir baiss√© son pantalon pendant un concert √† Miami en mars. Il para√ģt tr√®s pr√©occup√© par l'affaire, se sent pris dans un √©tau. L'am√©rique puritaine et conservatrice va faire payer √† Morrison les outrages de la g√©n√©ration hippie. "Peu importe qu'il soit coupable ou pas, l'enjeu est ailleurs. Il est un h√©ros de la contre-culture que l'on va mener au pilori. L'establishment va crucifier Morrison." Le pi√®ge se referme sur lui avec des m√Ęchoires d'acier. Personne n'est l√† pour le soutenir. Aucun journaliste ne vient t√©moigner en sa faveur. Pamela est rest√©e √† Los Angeles -il sait d√©j√† √† l'√©poque qu'elle est h√©ro√Įnomane, et ne veut pas la voir. Des jeunes filles traumatis√©es s'avancent √† la barre et assurent avoir vu la "chose" sous la lumi√®re crue des projecteurs. Jim est apparemment profond√©ment choqu√© par l'attitude de ses "fans". Il dira √† Patricia : "je pense que ce qu'ils voulaient vraiment, c'√©tait me voir mourir sur sc√®ne. Litt√©ralement." Pour elle, Jim Morrison ne s'est jamais remis de ce proc√®s. "Ce qui s'est pass√© √† Miami est un des premiers facteurs qui ont conduit √† sa mort."

    Mais ce n'est pas tout. Patricia est partie rejoindre Morrison à Miami, pour offrir son soutien, et partager le fardeau qui pèse sur ses épaules. Patricia est enceinte et désespérée, déchirée par ses propres contradictions. Elle n'a jamais voulu d'enfant, et le fait que le père soit Jim Morrison n'est certainement pas une raison suffisante pour le garder. Elle sait déjà que ce serait la fin de leur histoire à tous les deux, et qu'elle devrait le voir grandir seule. Morrison, à ce moment-là, n'est pas en état de prendre ses responsabilités. Il semble dépressif et boit beaucoup. Janis Joplin et Jimi Hendrix viennent de mourir, à deux semaines d'intervalle. Il commence à répéter à qui veut l'entendre qu'il sera le troisième. Patricia repartira seule à New York, et malgré ses promesses, Jim Morrison ne sera pas avec elle pour l'avortement. Patricia croit toucher le fond, mais le pire est hélas à venir.

    Morrison est déclaré coupable, son avocat fait tout de suite appel. Il décide alors de partir quelques mois à Paris, avec Pamela. "J'avais du mal à comprendre sa décision, mais je la respectais. Il m'a dit qu'il voulait rompre en douceur avec elle, parce qu'elle était incapable de prendre soin d'elle-même et qu'il avait peur de ce qu'elle pourrait faire. Et puis, il avait quelque chose à faire à Paris, qui ne concernait que lui. Il fallait qu'il se retrouve. Personne ne pouvait le faire à sa place. Mais il savait que j'étais là pour lui, j'attendais son retour." Elle fait une pose, les mots viennent péniblement : "j'ai reçu des lettres de Paris, extrêmement déprimées. Il disait ne pas savoir quoi faire de lui-même, il se sentait comme au fond d'une fosse béante, d'un grand vide dans lequel il s'enfonçait, il ne savait pas comment se sortir de là. C'était horrible, j'ai pleuré, je pleure encore chaque fois que j'y pense." Elle s'arrête puis ajoute : "il disait aussi que la seule chose qui le faisait tenir, c'était qu'il allait revenir et qu'on serait ensemble. On devait se remarier à l'automne, devant les autorités officielles cette fois."

    Jim Morrison meurt dans la nuit du 2 au 3 juillet, dans des circonstances qui jamais ne seront √©lucid√©es. On sait, gr√Ęce au t√©moignage tardif d'un t√©moin, qu'il y avait de l'h√©ro√Įne en grosse quantit√© dans l'appartement -les provisions de Pam- mais on sait aussi que Morrison m√©prisait cette drogue. "Il n'aurait JAMAIS pris de l'h√©ro√Įne. Mais je sais aussi, intimement, qu'il n'est pas mort d'une simple crise cardiaque. Je pense que c'est la drogue de Pamela qui l'a tu√©. Il a pu en prendre en pensant que c'√©tait de la coca√Įne, ou bien peut-√™tre l'a t-elle encourag√©... Le rendre accro √† son tour √©tait un bon moyen de ne pas le perdre."

    Patricia n'est pas la seule √† soup√ßonner Pam : Max Fink, l'avocat de Morrison, assure que Jim avait rompu avec sa petite amie, qu'il ne voulait plus entendre parler d'elle, et qu'il devait rentrer aux Etats Unis le 4 juillet... Malheureusement, M. Fink est mort, et personne n'a jug√© utile de publier son manuscrit. Autres √©l√©ments troublants : Pamela Courson √©tait √† ce moment la seule h√©riti√®re l√©gale de Jim Morrison, gr√Ęce √† un testament datant de 1968, que Jim Morrison devait r√©viser √† son retour. Pamela √©tant morte d'une overdose en 1974, ce sont ses parents qui ont h√©rit√© √† leur tour de la part de Morrison sur les droits d'exploitation des Doors. Oliver Stone a donc d√Ľ leur demander leur permission pour faire le film. Permission accord√©e, √† une condition, d√©taill√©e dans un contrat : interdiction de s'attarder sur la toxicomanie de leur fille (on voit juste uns sc√®ne tr√®s prude), et plus int√©ressant encore, interdiction de lier en aucune fa√ßon Pamela Courson √† la mort de Jim Morrison. On peut s'interroger sur la n√©cessit√© d'un tel contrat, puisqu'il est mort dans sa baignoire d'une crise cardiaque. Ou peut-√™tre pas ?

    Patricia ira rendre visite √† Jim au P√®re Lachaise, quelques jours apr√®s sa mort. Elle est la seule √† s'√™tre donn√© cette peine. Apr√®s √ßa, elle ne se souvient de rien. "J'√©tais une morte-vivante. Je devais √™tre folle. J'ai d√Ľ passer √† travers puisque je suis encore l√†. Le fait de devoir chaque jour sortir pour gagner ma vie m'a sans doute sauv√©e. Pendant des ann√©es, je n'ai pas pu parler de lui, ou le voir en photo. Les gens ne devaient pas m'en parler. Je ne peux toujours pas l'√©couter chanter aujourd'hui, c'est trop douloureux. Mais le film m'a oblig√©e √† sortir de ma r√©serve. Si Oliver Stone n'avait pas sali sa m√©moire, je n'aurais pas eu besoin d'√©crire ce livre."

    Patricia a √©tabli un recueil, Fireheart, des textes, lettres, po√®mes et dessins que Jim lui a laiss√©s. Mais elle ne peut les publier sans l'accord des h√©ritiers. Du moins pas pendant les cinquante ann√©es qui suivent la mort de l'auteur. Alors, plut√īt que de n√©gocier, elle attend.

    Encore vingt ans. "Il y a des choses que je ne publierai jamais. Je veux garder quelque chose de secret pour nous deux, je ne veux pas tout livrer au regard. Peut-√™tre certaines choses seront-elles br√Ľl√©es √† ma mort. Ou peut-√™tre toutes ?" Puis elle ajoute, avec √©l√©gance : "quelle importance, puisque ce sont des faux ?"

    LE MYTHE MORRISON

    HE'S HOT, HE'S SEXY, AND HE'S DEAD :
    La célèbre couverture de Rolling Stone résume parfaitement la légende du Roi Lézard.

    Jim Morrison est pour toujours ce jeune lion au torse nu, secouant sa crini√®re devant l'objectif des photographes m√©dus√©s. Et tant pis pour le dernier Jim, celui qu'on a dit emp√Ęt√© et bouffi par l'alcool : sans doute a-t'il voulu se d√©barrasser de son image de jeune dieu du rock. Il l'a pay√© cher. Jim Morrison est tout ce que vous voulez qu'il soit : un anarchiste, un po√®te, un homme bless√©, un ivrogne, un sex-symbol... Le mythe est tenace, et jamais bien loin du clich√©. Les Doors n'ont jamais vendu autant d'albums que depuis sa disparition. Le film, sorti en 1991, a g√©n√©r√© une Doors-mania sans pr√©c√©dent. Jim Morrison est l'un des morts qui g√©n√®rent le plus de b√©n√©fices aux Etats Unis, avec Elvis, Marylin et JFK. Sa tombe au P√®re Lachaise est visit√©e chaque ann√©e par des dizaines de milliers de fans. De jeunes couples viennent, grim√©s en Jim et Pam. Certains font des milliers de kilom√®tres pour se tenir l√†. Les bruits les plus excentriques circulent. Il n'y a personne dans la tombe, il est enterr√© avec Pamela, il est vivant, il s'est r√©incarn√© en chat... Il y a quelques ann√©es, certains avaient m√™me commenc√© √† creuser pour se faire une id√©e -pas de chance, il est enterr√© √† quatre m√®tres de profondeur, exactement.

    american legends Interviewe

    Patricia Kennealy Morrison

    Patricia Kennealy a rencontr√© Jim Morrison en janvier 1969 √† l'h√ītel de plaza √† New York City, le jour apr√®s que les doors soient apparus au jardin de Madison. Un roux grand et attirant, Patricia √©tait alors la r√©dactrice Jazz & Pop, magazine rock.En juin 1970, Jim et Patricia √©taient mari√©s dans une c√©r√©monie celtique --

    un événement qu Oliver stone plus tard a dépeint en son film en 1991, les doors

    Après la mort de Jim, Patricia a écrit un mémoire, stranges days; elle est également un auteur remarquable de science-fiction dont le dernier roman Blackmantle, a été édité à l'acclamation critique large.

    AL : qu avez vous pensér du film d'Oliver stone que beaucoup de personnes, nous-memes inclus, ont admirées.

    †PM:Vous voulez dire la plus grande vid√©o de musique du monde ? Jim Morrison, l'homme que j ai aim√© , l'homme que j'ai √©pous√©, suis nulle part en ce film.Ce que vous voyez est une grotesque, d√©tremp√©e, caricature de bouffon
    qui pourrait ne jamais avoir écrit les chansons immortelles Mais le plus mauvais péché qu'Olivier Stone est commis est que vous ne vous souciez pas ,que Jim Morrison est mort à la fin du film.

    AL-: Quelle était l'attitude de Jim vers les doors ? A-t-il changé dans le temps ?

    Pm : D'abord ils √©taient un groupe d'artistes luttants tous ensembles. √Ä la fin ils √©taient quatre superstars riches luttant avec un groupe personnel dynamiques qui √©tait pas du tout √©gal.Je pense au moment o√Ļ Jim est parti pour Paris, c'√©tait devenu plus une relation de bureau .Jim m'a dit qu'il n'a jamais estim√© qu'il avait beaucoup en commun avec Robby ou John et qu'ils ont senti la m√™me chose de lui. Quand Jim est parti de LA en mars 1971, il a quitt√© les doors. je sais pas- s'ils le savaient ou , s'ils l'ont cru ou non.

    AL-: Comment caractériseriez-vous la personnalité de Jim ?

    Pm : Il n'a pas manipulé la douleur . Mais la douleur pour Jim, quant à tant d'artistes, était une source de créativité.Je pense qu'il a pensé que si il arrêtait de s'endommager, il arrêterait de créer...Et il était blessant à d'autres parce qu'il avait peur de s'être trop endommagé.Il a eu beaucoup de mal à accepter l'amour parce que l'on ne lui avait jamais donné beaucoup et n'a pas pensé lui-même d etre digne d'amour

    AL-: Est-ce que Jim était autodestructif ?

    Pm: Jim Morrison n'√©tait pas certainement dans la destruction de lui-m√™me. Cela dit, je dois aussi dire que puisque Jim √©tait un alcoolique et n avait pas toujours la ma√ģtrise de lui,Son instinct pour ses creations aventureuses, ce c√īt√© marchant" toujours sur le bord" pouss√© par lui meme dans des situations limites d'un '√™tre autodestructif - et parfois directement.

    AL-: Quelle était l'attitude de Jim lors ses derniers jours à Paris ?

    Pm : j'avais huit ou dix cartes et des lettres de lui dans les trois derniers mois,qu il a passé là. Certains jours ont été glorifiés et joyeux et d'autres ont été voilés dans le désespoir.
    La derni√®re lettre qu il m'a √©crit a √©t√© exp√©di√©e par la poste seulement quelques jours avant qu'il ne soit mort. Il a √©crit qu il √©tait fatigu√© et combien je lui manquait"Mon c√īt√© est froid sans vous ..." il m'a dit. La lettre devait pleurer ,c est ce que j'ai fait et ferais toujours .

    AL-: Jim a-t-il parlé beaucoup de Pam ?

    Pm : Nous, presque jamais avons parl√© de Pamela Courson. Elle a eu aucun rapport avec nous,Jim a gard√© sa vie tr√®s compartiment√©e. Et oui, je crois absolument qu'elle l'a tu√© et rien, ne me persuadera jamais du contraire.Non pr√©m√©dit√©, peut-√™tre - les drogu√©s ne pensent pas loin en avant - mais dans une tentative de l accrocher, ou le contr√īler, ou une punition pour la quitter, comme elle savait qu'il √©tait sur le point de faire

    . AL-: Après vingt-six ans, il y a toujours la légende Morrison

    Pm : Jim Morrison √©tait une belle √Ęme qui avait un sens profond de l'absurde.√Ä lui, la pens√©e d'√™tre une ic√īne √©tait r√©pugnante. Il √©tait un des grands iconoclastes de tous les temps.Je pense qu'il rirait probablement juste de son statut d'ic√īne-- et placer alors tout le monde droit de cette fa√ßon m√©ridionale de monsieur "je l'aime pour".

    version originale www.americanlegends.com/morrison/interview.html.

    2005-2006

    Patricia Kennealy

    -Morrison, un ancien journalisme majeur,† qui s'est mari√© √† l'ic√īne des doors,†Jim Morrison dans une c√©r√©monie pa√Įenne, a visit√©r le campus† st bonaventure university le 19 avril - 21 et a parl√© avec des classes de J/MC. Un forum ouvert a √©t√© tenu jeudi, le 20 avril, o√Ļ elle a parl√© de sujets divers comme les ann√©es soixante, Bonaventure, docteur Jandoli, le paganisme et son livre "des Jours √Čtranges : Ma Vie Avec et Sans Jim Morrison."

    Tags :

    Commentaires (0) :: Post A Comment! :: Permanent Link

    <- Last Page :: Next Page | | ->

    A propos du blogueur

    «  August 2014  »
    MonTueWedThuFriSatSun
    123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031


    Menu

    ‚ÄĘ Photo album
    ¬ē Accueil
    ¬ē Voir mon profile
    ¬ē Archives
    ¬ē Email
    ¬ē Blog RSS

    Catégories

    Amis

    1
    ¬ē astre2fifi

    Liens

    ¬ē stade rennais
    ¬ē alonso
    ¬ē formule 1
    ¬ē l equipe
    ¬ē radio rmc
    ¬ē site officiel bob marley
    ¬ē site officiel janis joplin
    ¬ē site hendrix fr
    ¬ē the doors
    ¬ē site fr des doors
    ¬ē tout sur jfk fr
    ¬ē site officiel de coluche
    ¬ē l encyclopedie
    ¬ē site officiel fr serge gainsbourg
    ¬ē site france route

    Services

    ¬ē

    Sondage

    ÔĽŅ
    | Contact author |